×
6 268
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
1 déc. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Orchestra-Prémaman signe un semestre plus solide

Publié le
1 déc. 2017

Sur son premier semestre, couvrant la période du 1er mars au 31 août 2017, le spécialiste de l’enfant Orchestra-Prémaman enregistre une hausse de 2,5 % de son chiffre d’affaires, à 304,8 millions d’euros. Cette croissance est notamment portée par l’augmentation de la surface exploitée, +17 000 mètres carrés sur le semestre, mais également par une hausse de l’activité puériculture, qui bondit de 12,1 %, soit un chiffre d’affaires de 60,2 millions d’euros. Ce segment pèse donc de plus en plus lourd chez Orchestra-Premaman, qui en octobre dernier a d’ailleurs nommé Philippe Dayraud directeur général délégué à la puériculture.


Un magasin Orchestra - Foto: Orchestra


Sur la période, Orchestra-Prémaman indique également avoir réduit sa perte; elle s’élève ainsi de 5,6 millions d'euros sur le premier semestre 2017, contre 10,8 millions un an plus tôt. L'excédent brut d'exploitation a quant à lui progressé de 8,9 %, à 22,1 millions d'euros, soit 7,3 % du chiffre d'affaires, contre 6,8 % sur la même période l’an passé. La progression du taux de marge brute repose sur la stratégie de démarque moins agressive, ainsi qu’une amélioration des marges de l'activité puériculture.

En France, où Orchestra-Prémaman réalise 63,1 % de ses ventes, l’activité est en hausse de 2,4 %, tandis qu'à l’international le groupe signe une croissance de 2,6 %. A noter que le groupe compte près de 1,8 million de porteurs de cartes Club, en hausse de 2,3 %. Le groupe réalise ainsi près de 91 % de son chiffre d’affaires auprès de ses membres.

Enfin, alors qu’à la fin du mois d’octobre, après le nouvel échec de leur fusion, Orchestra-Prémaman adressait une lettre aux actionnaires du groupe américain de vêtements de grossesse Destination Maternity, les exhortant à ne pas renouveler les mandats de ses directeurs, le groupe français indique que les deux parties ont finalement estimé qu’il était dans l’intérêt supérieur de leurs actionnaires respectifs de mettre fin à l’accord de fusion, concluant – pour l’instant – un feuilleton qui aura duré presque deux ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com