×
Publicités

Oriflame : Téhéran fait fermer l'entreprise suédoise et arrête cinq employés

Par
AFP
Publié le
today 24 août 2010
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

STOCKHOLM, 23 août 2010 (AFP) - Les autorités iraniennes ont fait fermer les locaux à Téhéran de l'entreprise suédoise de vente directe de cosmétique Oriflame et ont arrêté cinq employés, a annoncé l'entreprise.

Oriflame
www.Oriflame.com

"Les autorités ont fait cesser les activités d'Oriflame à Téhéran (et) ont arrêté trois membres du personnel ainsi que deux conseillers de vente sans dévoiler les raisons", indique l'entreprise suédoise dans un communiqué.

Les médias iraniens ont cependant avancé que la fermeture et les arrestations pouvaient être liées à des soupçons de fraude.

Dimanche, la branche d'Oriflame à Téhéran a été "brusquement fermée avec la visite des autorités dans les locaux", a raconté à l'AFP le directeur financier du groupe, Gabriel Bennet.

"Nous travaillons avec l'ambassade pour comprendre de quoi il retourne et essayer de nous assurer de la libération" des employés, a-t-il ajouté en précisant qu'il y avait parmi ceux-ci un Suédois et un autre citoyen étranger.

M. Bennet a confirmé qu'Oriflame n'avait reçu aucune explication mais il estime que l'action des autorités iraniennes peut être liée au mode de fonctionnement (business model) d'Oriflame.

"Nous vendons des cosmétiques et donnons à 40 000 Iraniens, en majorité des femmes, une possibilité de gagner de l'argent par la vente directe", a-t-il expliqué, en soulignant que les arrestations pouvaient être un signe de la détérioration du climat pour les entreprises en Iran.

Selon le quotidien iranien ultraconservateur Kayhan, le siège d'Oriflame à Téhéran a été "perquisitionné et mis sous scellées" tandis que "quatre hauts dirigeants ont été arrêtés, accusés de 250 000 cas de fraude", pour une valeur globale de 70 milliards de dollars (55 milliards d'euros), dans le cadre d'une escroquerie pyramidale.

M. Bennet a qualifié de "ridicule" ces référence à une pyramide, mais a refusé de commenter davantage ces "rumeurs".

"Nous travaillons de la même manière en Iran et dans le reste du monde, dans plus de 60 pays (...) Une organisation pyramidale ne pourrait pas faire tourner une affaire reconnue internationalement depuis plus de 40 ans", a-t-il dit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.