×
Publicités

Paris Fashion Week : Valentino, ou une vision victorienne de Memphis

Traduit par
Lionel Tixeire
Publié le
today 6 mars 2017
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pier Paolo Piccioli aime avoir des inspirations multiples. Sa planche tendance, devant laquelle il reçoit les félicitations d'après-défilé, traduit cet état d'esprit. Elle y recueille des photos d'art de la Renaissance, de dames de l'époque victorienne et des images multicolores de meubles de Memphis, le mouvement italien qui a révolutionné le design moderne dans les années 1980. 

Valentino, automne-hiver 2017-18 - © PixelFormula


La Maison a même construit une véranda spéciale pour accueillir ses fans les plus célèbres, comme Kristin Scott Thomas, Clotilde Courau, Olivia Palermo ou encore Sveva Alviti. Cette dernière, qui est notamment la vedette du biopic de Dalida, était vêtue d'une robe Valentino rose et blanc cassé, à la grande satisfaction des paparazzi.

Pourtant, le plus important se passait sur le podium. Le créateur a offert au public de superbes caftans longs, des robes et des manteaux, dans les couleurs bonbon acidulé qui avaient la faveur de Memphis.

Presque à la manière de hiéroglyphes modernes, il y avait des mains, des bras, des pots de fleurs, des chiffres, des rêves futuristes italiens et des immeubles vides à la De Chirico.

Son humeur variait au fur et à mesure du déroulement du défilé, alternant des robes de mousseline à carreaux et à motifs fleuris, et d'éblouissantes robes romantiques plissées avec un contraste de dentelle et guipure. Le tout porté avec des bottes de rock punk ornées des typiques clous de la maison – ajoutant juste ce qu'il faut de punch.
 

Valentino,automne-hiver 2017-18 - © PixelFormula


Il s'agit donc d'un créateur qui dirige son atelier, tout en restant synchronisé avec lui. Comme le prouvent notamment une veste biker entièrement blanche et une remarquable jupe blanche à plis, en peau de mouton.

Le plus étonnant est que Pier Paolo Piccioli, un styliste hétérosexuel, père de famille qui habite Rome, évite parfaitement la fétichisation des femmes et parvient à les rendre contemporaines.

Ce sont des pièces au prix élevé et pourtant, ce dernier arrive à faire en sorte qu'elles puissent descendre directement du podium jusque dans la rue. Un exploit dont seuls les meilleurs stylistes sont capables.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com