×
Par
Les echos
Publié le
1 juin 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Permira lance une offre sur la totalité du groupe de luxe Valentino

Par
Les echos
Publié le
1 juin 2007

Le fonds d'investissement britannique Permira a lancé une offre publique d'achat sur la totalité de la maison de mode italienne Valentino Fashion Group, a-t-il annoncé dans un communiqué vendredi 1er juin. Le fonds d'investissement, qui a racheté le 16 mai 29,6 % du capital de Valentino pour 782,6 millions d'euros, indique que l'offre, à 35 euros par action, aura lieu d'ici à juillet.


Boss Black collection printemps-été 2007

Une offre publique d'achat sera également lancée sur l'allemand Hugo Boss, détenu à 51 % par le groupe italien et coté à la Bourse de Francfort. Pour cette offre, le fonds veut proposer un prix par action conforme à la moyenne du prix des titres des trois derniers mois, explique le communiqué, sans préciser de montant global.

Permira a par ailleurs conclu un accord avec la famille Marzotto, qui lui permet de racheter 10,83 % de la maison de mode, dont il détient déjà 29,6 %. Le fonds d'investissement a également signé un accord avec la holding Tidus, toujours détenue par la famille Marzotto, pour la souscription d'un prêt obligataire convertible en actions portant sur 12,4 % du capital de Valentino, précise le communiqué. Les deux offres seront réalisées avec des financements déjà concédés par Citigroup, Bayerische Hypo und Vereinsbank et Mediobanca.

Valentino Fashion Group a été créé le 1er juillet 2005 à partir d'une scission du groupe textile Marzotto. La société détient en particulier les marques Valentino, Hugo Boss, M Missoni et Marlboro Classics. Hugo Boss représente les trois quarts des ventes du groupe et 80 % de ses bénéfices. Valentino a dégagé un bénéfice net de 157 millions d'euros en 2006 (+ 10 %) pour un chiffre d'affaires en progression de 13,6 % à 1,94 milliard d'euros.

(avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos