×
5 471
Fashion Jobs
Publicités

Petite Mendigote inaugure avec Luz une série de collaborations

Auteur :
Publié le
today 5 mars 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pour ses 15 ans, Petite Mendigote a décidé d’innover. Avec près de 700 000 pochettes brodées vendues depuis sa création en 2003, la marque de Sybille Roger-Vasselin, qui était présente ce week-end au salon Tranoï, a choisi de s’aventurer sur de nouveaux territoires par le biais de collaborations. Et pour la collection printemps-été 2018, c’est avec la griffe de maillots de bain éthique Luz qu’elle a voulu s’associer.


Le fruit de la collaboration Petite Mendigote x Luz - Petite Mendigote

 
Le fruit de ce partenariat est à découvrir dès le mois de mars avec la mise en vente d’un premier body noir à volant au prix de 89 euros. A la mi-avril, trois modèles de maillots de bain déclinés en deux coloris arriveront en boutiques, disponibles à partir de 95 et allant jusqu’à 115 euros.
 
« J’avais très envie de proposer des maillots de bain à mes clientes et j’ai tout de suite pensé à Luz. En fait, j’aimerais désormais imaginer des collaborations fréquentes avec des marques qui créent des produits qui ne sont pas notre cœur de métier. Pour les maillots de bain par exemple, je pense inviter une autre marque dès l’été 2019 », nous a confié Sybille Roger-Vasselin.

Pour l’automne-hiver 2018/19, Petite Mendigote a déjà un partenariat de prévu avec une marque de lingerie et pour la fin de l’année un autre avec un label de lifestyle. Cette dernière collaboration sera d’ailleurs l’occasion d’introduire la première ligne de vaisselle et de linge de maison que compte lancer Petite Mendigote avant 2019.
 
Un nouveau secteur à explorer pour la griffe parisienne, qui a entrepris de se diversifier à partir de 2012 avec Jolie Jolie, sa première collection de prêt-à-porter féminin. Si à l’origine cette ligne comprenait 10 modèles de robes, aujourd’hui, ce sont près de quatre fois plus de références qui sont disponibles.
 
Après avoir introduit des blouses dans la proposition de Jolie Jolie, puis amélioré la qualité de tissu et les coupes de ses produits, Sybille Roger-Vasselin voudrait désormais travailler sur la maille et proposer une sélection de pulls. Différents développements qui ont permis au prêt-à-porter de constituer 25 % du chiffre d’affaires de Petite Mendigote, à égalité avec les souliers, laissant au métier originel de la marque, la maroquinerie, le soin de réaliser 50 % des ventes.
 
Si Sybille Roger-Vasselin ne souhaite pas communiquer sur son chiffre d’affaires, la créatrice affirme connaître depuis quatre ans une croissance continue de 20 à 30 %. La multiplication des magasins ouverts par la marque ces dernières années est l’une des explications à cette augmentation ininterrompue des résultats puisque la griffe revendique dorénavant 11 boutiques dans toute la France, la dernière devant ouvrir à Aix-en-Provence cette année.
 
Avec neuf magasins en propre et deux en affiliation, la griffe ne souhaite pas s’arrêter là et envisage d’en ouvrir davantage, notamment en Province. Pour autant, Petite Mendigote souhaite avant tout mettre l’accent sur le digital. « Aujourd’hui, notre site marchand fait trois fois le chiffre d’affaires de notre meilleure boutique. Nous allons donc insister davantage sur ce canal cette année », précise Sybille Roger-Vasselin.
 
C’est donc en toute logique que Petite Mendigote prévoit une refonte de son site pour septembre 2018 et a décidé d’accentuer sa communication sur ce canal. En plus d'un plan marketing dédié, la marque a par exemple choisi le mannequin Gabrielle Caunesil, 303 000 abonnés sur Instagram, pour la représenter cette saison. C’est d’ailleurs elle que l’on retrouve sur les visuels de la collaboration avec  Luz.
 
« Ce que l’on vise, c’est que les clientes de nos boutiques viennent au digital et que celles du site se rendent en magasin, une véritable stratégie win-win pour nous. C’est pourquoi nous envisageons de mettre en place diverses actions, comme la possibilité d’acheter sur Internet et de venir essayer puis récupérer le produit en magasin, qui deviendrait ainsi une espèce de showroom », poursuit la créatrice.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com