×
Publié le
25 févr. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Philippe Houzé : "La situation actuelle est dommageable pour Monoprix"

Publié le
25 févr. 2012

Bluff ou vraie volonté de rester détenteur de Monoprix? En tout cas, Philippe Houzé, président du groupe Galeries Lafayette et président du conseil d’administration de Monoprix, n’y va pas de main morte dans l’interview qu’il a accordé au Figaro et que le quotidien a publié dans son édition de samedi.

Le patron du groupe Galeries Lafayette conteste évidemment une nouvelle fois la somme de 700 millions d’euros proposé par Jean-Charles Naouri, patron de Casino, pour les 50% détenues par les Galeries Lafayette.


Philippe Houzé, patron du groupe Galeries Lafayette, fut l'artisan de l'entrée de Monoprix dans la distribution moderne

Il conteste également la procédure suivie qui est selon lui loin des accords antérieurs. “En mars 2011, j’ai proposé à Casino de renouveler notre partenariat pour trois ans. Après mes multiples relances, le groupe m’a fait savoir fin septembre qu”il pourrait me concéder une année supplémentaire. C’est une proposition totalement déplacée“, a indiqué Philippe Houzé. Et de poursuivre: “J’ai alors compris que Casino voulait s’installer dans Monoprix et consolider la société à 100% dans ses comptes, sans en payer le prix”.

Philippe Houzé estime même “inquiétante” la valorisation de Monoprix par Casino. “Elle est établie sur un rapport de McKinsey qui détruit totalement Monoprix en affirmant que le groupe n’est pas armé face à l’arrivée des grandes surfaces en centre-ville et à l’émergence de l’e-commerce et que son activité textile ne résistera pas. Si Casino considère réellement que Monoprix vaut seulement cinq fois son Ebitda, qu’il m’en laisse la présidence, je continuerai à assurer de la création de valeur pour les actionnaires”.

A en croire le dirigeant du groupe Galeries Lafayette, l’impasse est grande et le conflit quasi irrémédiable. “L’attitude de Casino nous renforce dans l’idée qu’il est impossible de durer avec un partenaire en conflit total…. La situation actuelle n’est pas envisageable sur le long terme. Elle est dommageable pour Monoprix, ses clients et ses 20000 collaborateurs”.

On sait que les Galeries Lafayette ont fait une offre de rachat des parts de Casino pour 1,35 milliard d’euros. Selon Philippe Houzé, qui rapporte cette fois des propos de Jean-Charles Naouri, l’offre devrait être étudiée au conseil de Casino ce lundi. “Nous avons les moyens de financer cette offre, souligne Philippe Houzé, si elle était acceptée”. Et d’insister: “Notre objectif est que Monoprix soit dirigé par des gens qui croient en l’entreprise, ses dirigeants, ses valeurs, et soient déterminés à la faire prospérer” A peine sous-entendu: comme les Galeries Lafayette l’ont fait depuis 80 ans quand l’enseigne de grands magasins a créé Monoprix. Une position sans nul doute d’autant plus forte que, sur les vingt dernières années, Philippe Houzé lui-même a été l’artisan de l’entrée de l’enseigne de magasins populaires dans le monde de la distribution contemporaine… Avec le succès que l’on sait.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com