×
6 066
Fashion Jobs
BA&SH
Chef d'Équipe Quai F/H
CDI · LOUVRES
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Responsable Supply Chain - Textile - Toulouse (H/F)
CDI · TOULOUSE
GROUPE PRINTEMPS
Responsable Technique (Nation) H/F
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Responsable CRM H/F
CDI · PARIS
MODELOR
Responsable Stock Matieres H/F (2)
CDI · PARIS
SWAROVSKI
CDI – Contrôleur de Gestion France & Benelux (H/F) – Paris
CDI · PARIS
VANESSA BRUNO
Responsable de Production/Achats Prêt-À-Porter
CDI · PARIS
TOD'S
Responsable Maintenance Boutiques Zone Europe F/H
CDI · PARIS
AXENTIA
Responsables Contrôle de Gestion
CDI · PARIS
AXENTIA
Responsable E-Commerce Paris
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Responsable Des Operations Programmatique 1 Performance Marketing (H/F)
CDI · LEVALLOIS-PERRET
CONFIDENTIEL
Chef de Groupe Enseigne Maison (H/F)
CDI · GONESSE
CONFIDENTIEL
Responsable Produits Maison (H/F)
CDI · GONESSE
MAJE
Directeur(Trice) Collection Accessoires H/F
CDI · PARIS
SWAROVSKI
CDI - Directeur Finance France & Benelux (H/F) - Paris
CDI · PARIS
AMI - ALEXANDRE MATTIUSSI
CDI - Europe Celebrities Relations Manager H/F
CDI · PARIS
IKKS JUNIOR
Acheteur / Merchandiser Retail (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
GALERIES LAFAYETTE
Manager Des Ventes H/F
CDI · PARIS
LE BON MARCHE
Inspecteur Sécurité Retail F/H
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Raf - Responsable Administratif et Financier - Head of Finance
CDI · PARIS
AMI - ALEXANDRE MATTIUSSI
CDI - Responsable de Production Accessoires, Maroquinerie, Chaussure H/F
CDI · PARIS
BED AND PHILOSOPHY
Responsable Achats Approvisionnements
CDI · TOULOUSE
Publicités
Par
AFP
Publié le
22 févr. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pimkie : les syndicats appellent à la grève reconductible dès lundi

Par
AFP
Publié le
22 févr. 2018

La plupart des syndicats ont appelé les salariés de Pimkie à « la grève reconductible » à partir de lundi pour contraindre la direction à réviser son plan de départs volontaires, qui risque, selon eux, de se traduire par bien plus que 208 suppressions d'emplois prévues initialement par la direction, a-t-on appris auprès de la CGT.


Pimkie


Invoquant « des résultats déficitaires depuis 2015 et un chiffre d'affaires 2017 en baisse de 10 % », la chaîne de prêt-à-porter avait annoncé le 8 janvier la fermeture de 37 magasins en France en trois ans, sur 321, et la suppression à court terme de 83 emplois en magasins, 41 en logistique, 53 au siège international à Villeneuve d'Ascq (Nord) et 31 au siège pour la France, à Neuville-en-Ferrain, non loin de là.

Au fil des discussions sur ce plan, les organisations syndicales ont découvert que les 125 salariés dont l'emploi doit être supprimé au siège et à la logistique « seront licenciés pour motif personnel en cas de refus de reclassement », a déclaré à la presse la déléguée syndicale centrale CGT de Pimkie, Valérie Pringuez. « C'est une nouvelle douche froide pour les Pimkie », a-t-elle dit.

Les syndicats s'étaient déjà alarmés du sort de 83 salariés travaillant dans des magasins qui doivent fermer, craignant qu'ils ne soient eux aussi licenciés en cas de refus d'accepter de changer de magasin.

Pour la CGT (premier syndicat de l'entreprise), « c'est une nouvelle fois la preuve, qu'il n'y a aucun volontariat et que l'entreprise veut supprimer, coûte que coûte, l'emploi de ces salariés, en leur versant seulement des indemnités légales ».

Les négociations n'ayant pu aboutir le 21 février comme l'espérait la direction, une ultime réunion entre les deux parties aura lieu mercredi prochain.

 En vue de ce dernier rendez-vous, « un accord majoritaire » s'est dégagé lors de trois assemblées générales des personnels du siège, jeudi, « pour une grève reconductible à partir de 8h lundi et jusqu'à la fin des discussions », a affirmé Valérie Pringuez. Le personnel répondait « à l'appel des syndicats CGT, FO et CFDT », a-t-elle précisé.

Ces syndicats ont aussi décidé de contacter les salariés des magasins pour que, à tout le moins, ils cessent le travail pour la négociation finale de mercredi. Ils vont demander à tous les salariés Pimkie de la région de « se rassembler au siège de Villeneuve d'Ascq ce jour-là, toute la journée jusqu'à la fin des discussions », selon Valérie Pringuez.

Les syndicats, y compris la CFE-CGC qui participe aux discussions, contestent d'autre part le motif économique du plan de départs. Un précédent plan de suppressions d'emplois était intervenu en 2010.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.