×

Pitti Uomo 92 : Federico Curradi célèbre le luxe tranquille à Florence

Publié le
today 14 juin 2017
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après Milan, c’est Florence, sa ville natale, que Federico Curradi a choisi pour dévoiler mercredi 14 juin sa nouvelle collection dans le cadre du Pitti Uomo, dont il est l’un des invités spéciaux. C’est dans le palais néo-Renaissance du Musée Bardini, qui se dresse aux bords de l’Arno, que le talentueux créateur a dévoilé une garde-robe masculine toute en délicatesse.

Federico Curradi s'inspire de la Renaissance et de Florence - Pitti Immagine ph Giovanni Giannoni


Après vingt ans au service des autres, le quarantenaire a lancé l’an dernier sa propre marque de menswear haut de gamme produite à kilomètre zéro dans des matières et teintures naturelles. Elle compte aujourd’hui 25 clients multimarques, dont trois à Paris (parmi lesquels L’Eclaireur et Archive 18-20), où elle est distribuée par le showroom du Marais No Season.
 
Cette quatrième collection séduit d’emblée par son élégance nonchalante avec une très belle palette aux teintes poussiéreuses et nuances cendrées inspirées de la Renaissance, du vert sauge au bleu-gris, en passant par la terre de Sienne.

Les mannequins déambulent pieds nus, tenant leurs chaussures de sport dans les mains, parfois bandées. « J’ai voulu raconter une histoire de Florence. J’ai ainsi imaginé un artisan, partageant son temps entre le travail et sa passion pour le calcio historique florentin, jouant avec le romantisme d’un côté et le super homme de l’autre », explique Federico Curradi à FashionNetwork.com.
 
Les pantalons à coulisses sont ainsi retroussés à la taille. Vestes et gilets se nouent également avec des cordons. Le créateur privilégie les matières naturelles comme la soie, le coton et le lin, travaillant sur de subtils dégradés peints à la main pour des effets marbrés. Des vestes flottantes se superposent à des chemises madras effilochées, portées déboutonnées sur des tricots impalpables et des bermudas à bord franc. Tout est aérien.
 

« L'artisan sportif» de Federico Curradi - Pitti Immagine Giovanni Giannoni


« J’ai débuté tout jeune en amateur chez les artisans de Florence. A 20 ans, j’ai créé une première collection à New York, qui a tout de suite rencontré un vif succès. Puis Ermanno Scervino m’a demandé de dessiner sa première collection homme, du coup j’ai laissé tomber ma marque », raconte Federico Curradi, aujourd’hui âgé de 41 ans, qui a travaillé ensuite pour Roberto Cavalli à la tête des collections Homme et, à partir de 2006, pour l’italien Gilmar, devenant en 2013 le directeur créatif pour l’Homme d'Iceberg, marque phare du groupe.

« Ma garde-robe est portable et reconnaissable avec un accent mis sur la légèreté et une grande recherche sur les matières », conclut le styliste, qui collabore depuis quelques saisons avec la marque de sportswear Peuterey.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com