×
Publicités
Publié le
14 juin 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pitti Uomo : la section Make, reliftée en cabinet de curiosités, retient les visiteurs

Publié le
14 juin 2018

Nouveautés, confort et originalité sont les ingrédients clés pour réussir un salon. Telle est la leçon qui semble se dessiner au Pitti Uomo, qui s’achève ce vendredi. Le salon de référence pour la mode masculine, qui s’affiche désormais comme une plateforme « lifestyle », en a donné la preuve à travers les réaménagements de certaines sections qui se sont taillées un franc succès.


Le pavillon des « news makers », les artisans contemporains du luxe - FashionNetwork.com ph DM


Le nouvel espace « I Go Out », dédié à l’outerwear, immergé dans la forêt et un décor naturel, a fait le plein. De même, a été plébiscitée la section « Make », qui accueille depuis 2016 les artisans contemporains du luxe, totalement repensée avec un nouvel aménagement très original.

Les organisateurs du salon florentin ont imaginé une sorte de « cabinet de curiosités » des temps modernes afin de mettre vraiment en valeur les produits. Situé à l’extrémité de la foire, dans le pavillon Rondino, avec sa façade recouverte de sphères métalliques réfléchissantes, le Make, qui a été relifté par le designer Angelo Figus et Alessandro Moradei, attire l’œil de loin.

Une fois à l’intérieur, une ambiance cosy et élégante, un brin surréaliste, accueille les visiteurs. Au sol, une moquette blanche avec des imprimés de dessins d’animaux, façon vieux bestiaire, trace le parcours à suivre d’un stand à l’autre. Les stands, délimités par une moquette rouge, sont séparés par de fines parois blanches très basses, ce qui permet d’emblée d’avoir une vision de l’ensemble.


L'espace Make à l'intérieur - FashionNetwork.com ph DM


Au centre de l’espace, une grande librairie aux étagères savamment illuminées met en valeur les différents produits exposés. Parmi eux, se distingue l’offre de nombreux Français, du maroquinier Le Feuillet, en passant par la maison Chapal (chapeaux, etc.) et les chemises pour homme Bourrienne. A signaler aussi les cravates belges de Comme Les Loups, les jolis sacs au design épuré de l’anglais Nosakhari ou encore les chaussures anglaises Casablanca 1942 dessinées par Gabriela Ligenza, qui gère la marque avec son mari, Jean-Jacques Lassabe.

Ce dernier ne cache pas son enthousiasme. « Avant, il n’y avait pas toute cette visibilité. Maintenant, ça respire. Les gens restent, tournent. Ils prennent des photos car le lieu est inspirant. C’est très agréable pour les acheteurs. L’espace ainsi décoré est aussi une manière intelligente de replacer nos produits artisanaux, qui ont une image un peu traditionnelle, dans un cadre contemporain. C’est plus efficace », commente-t-il.

« Ces nouveaux projets sont nés de la nécessité de se mouvoir avec le marché, qui évolue toujours plus rapidement. Nous avons décidé d’intervenir sur le format de certaines sections de manière à ce que l’aménagement devienne une partie intégrante de la présentation du produit. Le résultat, très expérientiel, a beaucoup plu. C’est ce que cherchent les gens aujourd’hui et nous continuerons toujours plus dans cette voie », explique à FashionNetwork.com l’administrateur délégué du Pitti Uomo, Raffaello Napoleone.


Les produits sont exposés dans les stands, mais aussi sur une librairie centrale - FashionNetwork.com ph DM


« C’est une manière aussi de donner des idées de présentation aux détaillants », ajoute le président du salon, Claudio Marenzi. « Le plus étonnant, c’est que cela a eu des répercussions sur les exposants des autres sections. Alors qu’avant, ils voulaient que l’on ne touche à rien, désormais ils nous réclament eux aussi de nouveaux aménagements ! C’est une opportunité et un stimulant pour nous obliger à trouver de nouvelles idées », conclut Raffaello Napoleone.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com