×
Publicités
Par
AFP
Publié le
19 juin 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PPR devrait céder Le Printemps à M. Borletti (Rinascente) au prix fort

Par
AFP
Publié le
19 juin 2006

PARIS, 19 juin 2006 (AFP) - Le groupe PPR serait en passe de vendre les grands magasins Le Printemps au président des grands magasins italiens La Rinascente, Maurizio Borletti, pour un peu moins de 1,1 milliard d'euros, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, ce qui inquiète les syndicats.


Campagne publicitaire pour l'Africa Instinct du 6 avril au 13 mai 2006 au Printemps

Contacté par l'AFP, le groupe de luxe et de distribution PPR se refusait lundi soir à tout commentaire. Un comité de groupe de PPR est prévu mercredi, suivi d'un comité central d'entreprise les 29 et 30 juin.

Le prix de vente serait "un peu inférieur à 1,1 milliard d'euros", a précisé la source proche du dossier, un prix très supérieur aux montants évoqués ces derniers jours par les sources proches des négociations.

Maurizio Borletti, 39 ans, président de La Rinascente, a fait partie du groupe d'investisseurs qui a racheté en 2005 le groupe La Rinascente, qui comprend aussi les magasins Upim. Ce groupe réunit la Deutsche Bank (30 %), Pirelli (20 %), le fonds italien Investitori Associati (46 %) et la famille Borletti pour 4 %. Il est le petit-fils du fondateur de la Rinascente, groupe créé en 1917 à Milan.

Contrairement à ce qu'a affirmé le site internet Les Echos lundi, la présidente du Printemps Laurence Danon ne serait "pas impliquée" dans le montage financier, car pour l'instant "la position du management (du Printemps) n'est pas encore connue", selon cette source.

Les négociations avec PPR se sont poursuivies pendant tout le week-end, avec plusieurs candidats au coude à coude, dont les Galeries Lafayette, alliées au promoteur néerlandais Rodamco, qui étaient considérées comme un des favoris. En revanche, le groupe immobilier Unibail s'était finalement retiré de la course.

Depuis des mois, le personnel s'inquiète de la cession annoncée, objet de rumeurs récurrentes.

Déjà se pose la question de l'avenir de l'enseigne Le Printemps. "Si M. Borletti décide de changer le nom Le Printemps par La Rinascente, j'ai bien peur qu'il aura du mal à attirer la clientèle", a estimé une experte du secteur.

Les syndicats du Printemps étaient dans l'expectative lundi.

"Nous avons entendu parler de Rinascente par la presse, et on n'est pas rassurés puisqu'on n'a pas d'information. On attend d'être consultés, d'être informés tout simplement... Il faut quand même penser qu'il y a quelques milliers de salariés qui s'inquiètent", a expliqué à l'AFP Marie-Jo Montaner, déléguée FO.

"On ne connaît même pas Rinascente, on n'a aucune information", a déploré de son côté Marcelle Rohr, pour la CFDT.

La cession du Printemps par PPR s'incrit dans la droite ligne de sa stratégie de recentrage sur le luxe, entamée en 2004. Ce pôle luxe, qui ne représente que 17 % de son chiffre d'affaires lui rapporte toutefois plus de 34 % de son bénéfice net total.

La vente du Printemps serait même le point de départ d'autres cessions plus importantes au sein du pôle distribution, estime des analystes, qui citent le distributeur de meubles Conforama.

Tout comme Le Printemps, ce dernier fait l'objet de rumeurs récurrentes de vente, alors qu'il est engagé dans un vaste plan de modernisation depuis 2003 pour reconquérir la clientèle. En 2005, il avait vu son bénéfice net chuter de 14,5 % à 177 millions d'euros.

Le Printemps, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 752 millions d'euros en 2005, en baisse de 4 %, a vu son résultat d'exploitation courant progresser de 11,8 %. Il emploie 5 287 salariés dans 17 magasins en France.

Par Elodie MAZEIN et Bertille OSSEY-WOISARD

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.