×
Publicités
Auteur :
Publié le
15 févr. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PPR ne devrait pas faire d’acquisition dans le sport à court terme

Auteur :
Publié le
15 févr. 2013

Jean-François Palus. Photo Stephan Gladieu for PPR


PPR face au cas Puma. A la présentation des résultats annuels, Puma est au centre des interrogations des journalistes et des analystes financiers. Quel patron ? Quelle stratégie ? Quels investissements ? Le félin, qui a publié hier ses résultats, est tombé dans le rouge au quatrième trimestre de 2012, et ses ventes en Europe de l’Ouest sont en berne. Sa réorganisation est devenue prioritaire pour PPR, qui détient plus de 80% du capital de l’équipementier bavarois, et rappelle que Puma est le centre de la division sport au même titre que Gucci pour le luxe. "La priorité reste le redressement de Puma dont les performances ne sont pas à la hauteur de nos attentes ni de son potentiel", a commenté François-Henri Pinault.

Logique, du coup, que les projets d’acquisition dans le sport et le lifestyle soient gelés tout simplement. Il y a encore un an, François-Henri Pinault parlait d’opportunités dans l’outdoor à saisir. La rumeur plaçait même PPR sur la liste des prétendants à Helly Hansen. Aujourd’hui, le patron français se contente de donner davantage d’indépendance à Tretorn, "une perle qui a trop longtemps vécu à l’ombre de Puma". Mais surtout, avant d’augmenter le portefeuille de marques, qui en compte 5 dans le sport contre 14 dans le luxe, la réorganisation de Puma doit être achevée afin de permettre rapidement des synergies en termes de sourcing notamment.

"La stratégie pour Puma s’articule autour de trois axes avec la clarification du positionnement, l’amélioration produits et la révision de l’organisation. Pendant dix ans, Puma a privilégié une croissance forte tout en gardant une organisation diverse", commente Jean-François Palus, directeur général délégué. "La croissance de Puma est passée par de nombreux rachats de licenciés. Et l’intégration de l'organisation et l’harmonisation des process prend du temps", a ajouté François-Henri Pinault. Reste à officialiser le nom du successeur de Franz Koch, qui aura en quelque sorte géré la transition avec l’emblématique patron Jochen Zeitz. PPR affirme que la nouvelle tombera dans les prochaines semaines et que ce ne sera pas Jean-François Palus !

En 2012, le chiffre d'affaires de Puma n'a progressé que de 3,9% en comparable à 3,27 milliards d'euros. Le résultat avant intérêts, impôts et amortissements a chuté de 10,5% à seulement 350 millions d'euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com