×
6 899
Fashion Jobs
KIABI
Chef de Projet Digital Franchise Internationale (H/F) - CDI
CDI · HEM
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Marseille (13) H/F
CDI · MARSEILLE
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Saint Etienne (42) H/F
CDI · SAINT-ÉTIENNE
JACADI
Contrôleur(Euse) de Gestion Online & Offline H/F
CDI · PARIS
GUINOT MARY COHR
Responsable Régional(e) Des Ventes Guinot (37, 49, 72 et 86)
CDI · TOURS
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · MARSEILLE
GALILEO GLOBAL EDUCATION
Responsable Recrutement Siège H/F
CDI ·
PRADA
Project Manager Prada H/F
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · FONTENAY-SOUS-BOIS
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · ALFORTVILLE
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · CRÉTEIL
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · MAISONS-ALFORT
CCLD RECRUTEMENT
Responsable Travaux Retail France H/F
CDI · STRASBOURG
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Aix en Provence
CDI · SAINT-ANTONIN-SUR-BAYON
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Valence
CDI · VALENCE
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Paris Champs Elysées
CDI · PARIS
AIGLE
Charge d'Anmation E-Commerce F/H
CDI ·
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Directeur R&D H/F
CDI · LAVAL
ADIDAS
Senior Key Account Manager Intersport H/F
CDI · PARIS
SKECHERS
Responsable Grands Comptes
CDI · PARIS
ADIDAS
Responsable Grands Compte Reebok H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Bureau d'Etude
CDI · PARIS
Publié le
11 févr. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PriceMinister: "Nous étions en retard sur la mode"

Publié le
11 févr. 2013

PriceMinister renoncera à terme à son nom pour arborer celui de sa maison-mère nippone, Rakuten. Mais pour l’heure, la mode est au cœur de la stratégie du portail français, qui entend séduire marques et enseignes en développant de nouvelles offres adaptées. Une stratégie expliquée à Fashionmag.com par Olivier Mathiot, directeur marketing et communication de PriceMinister, dont il est aussi cofondateur.

FashionMag.com: La disparition de l’appellation PriceMinister au profit de Rakuten est-elle datée ?
Olivier Mathiot: La stratégie est effectivement de construire une marque Rakuten internationale, qui puisse faire face aux grands groupes anglo-saxons. Rakuten est le plus gros acteur après Amazon et eBay. C’est un affrontement de titans au niveau mondial. Et la marque va devenir un atout non négligeable dans cette course à l’acquisition de nouveaux clients. Mais il n’y a pas encore de planning sur cette stratégie-là. En France, nous avons agrandi le logo Rakuten au-dessus de PriceMinister, pour mettre en avant la marque-mère. Le "brand switching" a déjà été opéré en Grande-Bretagne avec Play.com, et aux Etats-Unis avec Buy.com. Mais on ne le fera pas tout de suite en France, car la force de frappe de la signature PriceMinister est encore très forte. Et parce qu’à la différence des autres, PriceMinister était déjà à l’origine une place de marché.

Olivier Mathiot


FM: Quelle place prend la mode dans ces futures ambitions ?
OM: La mode représente à ce jour 20% de nos ventes. Et il s’agit du rayon qui connait la plus forte croissance en termes de nouveaux marchands. Ce marché fait partie de notre roadmap 2013. Mais nous avons lancé des opérations dans ce domaine dès 2012, car nous avons considéré que nous étions en retard sur la mode. Cela a commencé avec le développement de ventes privées. La mode est le dernier grand terrain à conquérir pour l’e-commerce. Comme notre modèle n’était pas tourné vers ce secteur, notre site demande à être adapté. Que ce soient pour les photos, les notions de tailles, et de couleurs. Au Japon, Rakuten avait pour cela déployé sa "brand gallery". En France, nous avons commencé cette adoption avec les Superboutiques (boutiques personnalisables par les vendeurs professionnels lancées fin 2011, ndr). Mais il y a aussi une adaptation du merchandising, qui doit se caler sur le calendrier et les codes de la mode, sans oublier les discours propres de chaque marque.

FM: Concernant les marques, quel niveau de gamme visez-vous pour votre offre mode ?
OM: C’est une bonne question car nous sommes encore en pleine réflexion sur le sujet. Actuellement, nous sommes plutôt présents dans le milieu de gamme. Mais ce n’est pas forcément là notre volonté stratégique. En bagagerie, accessoire, lunettes, montres, nous sommes dans le moyen/haut de gamme, notamment via les ventes évènementielles sur les grandes marques. Donc ce n’est pas du premium luxe, mais nous sommes d’ores et déjà présents sur des marques connues. Et c’est pour aller plus loin dans ce domaine que nous avons recruté des équipes dédiées à la mode, qui vont évangéliser le marché. Et construire des "success case" pour montrer notre capacité à organiser de très grosses ventes.

FM: Via la globalisation de Rakuten, l’objectif est-il d’étendre les offres nationales au niveau monde ?
OM: A long terme, l’idée est d’arborer une marque unique. Du même coup, on aura donc effectivement la possibilité de proposer à tous nos marchands de vendre aux Etats-Unis, au Japon, ou en Angleterre. Mais en outre, avec des investissements comme le rachat d’Alpha Direct Service, nous pourrons à terme stocker les produits et gérer la logistique, dont le rôle est prépondérant pour le rayon mode. Cette dimension logistique va lever de nombreux freins sur ce marché, développant des procédés qui nous permettront d’aller voir de grands groupes, y compris premium. Ce sont là des projets actuellement en développement au japon.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com