×
Publicités

Primark : nouvelles grèves portant sur les salaires

Publié le
20 févr. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Face aux augmentations de salaires non satisfaisantes proposées par Primark France, la CGT avait appelé à un nouveau débrayage dans les magasins de Créteil et Villeneuve-la-Garenne le 18 février. Un premier mouvement avait eu lieu en Île-de-France le 16 janvier, tandis que d’autres grèves touchaient Dijon et Marseille, les deux premiers magasins inaugurés en France.
 

Primark avait déjà connu des manifestations, comme ici à Créteil le 16 janvier 2016 - DR


« En dépit d’un chiffre d’affaires de 306 millions d’euros en 2015 et l’ouverture récente de trois magasins, Primark continue de réduire le montant de l’enveloppe des négociations annuelles obligatoires et de pratiquer des salaires plus bas que la concurrence », indique la CGT.
 
Le syndicat avance qu’ont été proposées en janvier des augmentations d’un centime de l’heure pour les vendeurs et de neuf centimes pour les agents de maîtrise. L’entreprise proposerait désormais quatre centimes aux vendeurs et treize centimes aux superviseurs, ce qui ne satisfait pas les organisations syndicales.

« Les négociations salariales annuelles entre les représentants des syndicats (CFDT et CGT) et la direction de Primark France se sont terminées le 18 janvier et nous sommes navrés qu’elles n’aient pu aboutir à un accord », indique de son côté la direction à FashionNetwork. « Les propositions de Primark, permettant d’augmenter les revenus de tous les employés, seront appliquées comme le prévoit la loi française, afin que chaque collaborateur puisse équitablement bénéficier du développement de l’entreprise en France. Nous continuerons à travailler de concert avec nos partenaires sociaux. »
 
Filiale de British Food Associated, Primark est arrivé en France fin 2013. Les critiques formulées contre l'enseigne portaient alors principalement sur les conditions de production permettant d’obtenir des prix de vente défiant toute concurrence. L’effondrement du Rana Plazza planait en effet encore forcement dans les esprits. La marque produirait cependant dans les mêmes usines que ses concurrents, expliquait alors à FashionNetwork le responsable juridique du groupe, Paul Lister. Ce dernier expliquent les bas prix par des commandes massives limitant les coûts et l’application d’une marge bien plus faible que celle pratiquée par la concurrence.
 
Primark a connu sur son dernier exercice, clos mi-septembre, une hausse de 11 % de son chiffre d'affaires, à 5,9 milliards de livres (5,8 milliards d'euros), tandis que les bénéfices se contractaient de 12,6 à 11,6 %. « L’Espagne, la France et l’Autriche ont bien fonctionné », indiquait alors la maison mère.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com