×
Publicités
Publié le
26 juil. 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pure London : "calme, mais satisfaisant", selon les exposants

Publié le
26 juil. 2016

Au 3ème jour du salon britannique Pure London, l'Olympia de Kensington, à l'ouest de Londres, continuait à recevoir les visiteurs issus du monde de la mode, sous le soleil estival.


Pure London - Cajsa Carlson


Au sein du salon, un matin calme a cédé la place à plus d'activité durant l'heure de déjeuner. Toutefois, nombreuses sont les marques qui ont confié que la manifestation avait été plutôt calme durant ces trois jours. Blake Seven, venu de Rotterdam, qui a commencé à vendre chez Topshop il y a environ dix semaines, avait été contacté par Pure après avoir participé au Who's Next. Michelle Pang et Irene Haast, propriétaires de la griffe, ont déclaré que l'atmosphère du salon avait été « agréable », tout en ajoutant que « la deuxième journée a été la plus active, mais nous pensons que les stands du second niveau ont probablement été moins occupés. Nous avons eu une bonne réponse des acheteurs et pensons revenir, toutefois nous croyons que l'édition hivernale pourrait être meilleure ».

Des marques locales comme Collectif et Beyond Retro ont décidé de saisir l'opportunité d'utiliser Pure comme un showroom et ont organisé de nombreux rendez-vous avec les acheteurs. Julia Metz, de Collectif, a pour sa part déclaré que cette édition « a été vraiment bonne, et stable. 50 % de nos commandes viennent de clients existants, mais nous en avons aussi attiré de nouveaux. Hier, j'ai parlé à un acheteur coréen et nos acheteurs américains continuent à venir. La fréquentation a été un peu plus calme qu'avant, toutefois ».

Eleanor Gall, de Beyond Retro, qui a participé à Pure pour la deuxième fois, a pour sa part précisé que la marque avait été bien reçue : « Je pense que nous avons une bonne différenciation au niveau de notre stand. La fréquentation a été bonne dimanche, et lundi était plus calme, mais c'est une bonne opportunité pour nous de montrer nos produits et nous avons eu des acheteurs qui sont revenus d'une année à l'autre ».

La quantité de marques étrangères et leur variété est un des points forts de Pure, et cette année nous avons remarqué un certain nombre de marques suédoises. WeSc était ainsi présente pour la première fois pour montrer la nouvelle collection femme, créée par Carin Wester. Selon Adam Colton, de la griffe suédoise, « cela a été un peu calme, mais cela pourrait être dû à l'agencement, et nous avons eu des rencontres intéressantes ».

Le stand de la marque de Shanghai Cubic a été l'un des plus occupés du salon. Selon Kinsie Sidolle, cette édition de Pure a été « merveilleuse. C'est la deuxième fois que nous venons et tout s'est tellement bien passé ». Et comme toutes les autres marques avec qui nous avons parlé, Cubic n'a encore remarqué aucun impact du Brexit. Cette dernière conclut d'ailleurs : « Je suis une optimiste et je pense que tout changement apporte des opportunités ».

La marque de denim suédoise Cheap Monday était chez Pure pour la première fois. Elle a déclaré que les choses avaient été « bonnes jusqu'à maintenant » et que le label avait signé avec quelques nouveaux comptes. Cheap monday, mais aussi la marque britannique de mode homme Lizard King, ont précisé n'avoir perçu aucun impact du Brexit. « Il n'y a eu aucun impact pour nous jusqu'à maintenant », a ainsi déclaré Benjamin Maule, de Lizard King. « Nous avons principalement des clients britanniques ». Adam Colton, de WeSC, était du même avis : « Nous ne pouvons pas à cette stade mesurer cela, car nous ne savons pas ce qui se passe, mais je ne pense pas que les gens soient extrêmement inquiets, et nous maintenons nos prix stables pour les détaillants ».

Pure London a pris fin le 26 juillet et a accueilli plus de 700 marques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com