×
6 329
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
12 mai 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ralph Lauren : un exercice morose avant l’annonce d’un nouveau plan stratégique

Publié le
12 mai 2016

Depuis son arrivée le 1er novembre à la tête du groupe Ralph Lauren, Stefan Larsson prépare ses équipes et les actionnaires du groupe à la mise en place de son plan stratégique. Pour l’heure, le dirigeant a donné le ton… et vu une partie des directeurs quitter la société. Mais, à l’occasion de la présentation des résultats annuels du groupe américain, le PDG a glissé qu’il présenterait son plan aux actionnaires le 7 juin.

Le 7 juin, Stefan Larsson présentera son plan aux actionnaires - Club Monaco


Le repli de 3 % du chiffre d’affaires de Ralph Lauren, à 7,4 milliards de dollars, sur son exercice décalé clos le 2 avril devrait donner encore un peu plus de consistance à son discours sur la nécessité d’un changement.

Sur son dernier trimestre, le groupe a vu ses ventes reculer de 1 %, à 1,9 milliard de dollars. A taux de change constant, ses ventes sont restées stables, progressant de 3 % à l’international et reculant de 1 % en Amérique.


Sur l’ensemble de l’exercice, le groupe a enregistré un net recul de ses ventes en gros, principalement en Amérique du Nord. Celles-ci se replient de 6 %, à 3,3 milliards de dollars. Les ventes à l’enseigne, avec les 493 magasins aux noms de Ralph Lauren, Club Monaco et des magasins d’usines Polo, mais aussi les 583 concessions, sont aussi en recul de 1 % dans les tableaux du groupe, à 3,9 milliards de dollars. Les ventes à périmètre comparable sont en recul de 7 %. Enfin, le volet licences progresse de 4 %, mais ne représente que 175 millions de dollars.  

Mais ce qui va donner du grain à moudre au nouveau PDG est la chute de la rentabilité du groupe. Ralph Lauren voit son résultat opérationnel tomber de 1,035 milliard de dollars à 582 millions. Le résultat net recule lui de 702 à 396 millions. Des reculs liés à la marge aux restructurations déjà engagées, mais aussi à la pression sur les marges brutes et aux investissements dans de nouvelles boutiques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com