×
Publicités
Publié le
26 oct. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Richard Hobbs (The Hub): "Le marché chinois est mûr pour les multimarques"

Publié le
26 oct. 2013

Richard Hobbs, co-fondateur de The Hub

Le salon hongkongais The Hub et le rendez-vous pékinois de la mode jeune Chic Young Blood annonçaient il y a quelques jours un rapprochement. Chic prendra ainsi part à The Hub au travers de conférences, tout comme The Hub l'a fait sur Chic Young Blood le 25 octobre à Pékin, via une table-ronde sur l'absence de multimarques en Chine. Une problématique qui est à l'origine de la création de The Hub. Ce qu'explique son co-fondateur, Richard Hobbs, très sollicité sur l'espace dédié aux marques du Hub au milieu de Chic Young blood.

FashionMag.com: Quel est l'objectif de ce rapprochement avec Chic ?
Richard Hobbs: Tout le but de cette collaboration est de promouvoir le concept des magasins multimarques en Chine. Comme vous le savez, il y a très peu de bons department stores indépendants dans le pays. Les marques de luxe sont bien établies via leurs concept-stores, et les enseignes de fast fashion sont partout. Entre les deux, il y a un immense vide. De fait, une multitude de marques n'ont pas la possibilité de gagner ce marché et d'y développer leur offre. Nous pensons que le moment est pourtant venu de se déployer en Chine.

FM:
Pour quelles raisons ?

RH: Des franchisés de grands groupes sont désormais plus confiants dans leur capacité à être détaillant, mais également à être acheteur et merchandiser. Il y a quelques années encore, ils n'auraient jamais cru en avoir l'opportunité ni les capacités. Mais cette période est révolue. En outre, la plupart des grands retail groups sont en quête de marques. Ils ne peuvent pas créer eux-mêmes des dizaines d'offres, donc ils doivent pouvoir accéder aux marques internationales. Sportswear, streetwear, casualwear, heritage et autres.

FM: Comment convaincre les commerçants de se lancer dans le détail multimarques ?
RH: Tout d'abord, il faut leur dire qu'ils gagneront plus, grâce à de meilleures marges. De plus, lorsque vous êtes franchisé, vous avez infiniment moins de contrôle sur l'offre, pas de vrai regard sur ce que vous avez en magasin. Tout repose sur ce que la marque aura décidé pour vous. Mais si vous avez votre propre magasin, tout repose sur vous. Vous choisissez les produits, vous pouvez revoir leur merchandising, vous déterminez comment les promouvoir... Vous contrôlez votre destin. Et au lieu de faire une marge comprise entre 38 et 40 %, vous pouvez faire entre 60 et 65 %. Plus encore si vous êtes bon (rires, ndlr).

FM: Et de l'autre côté, comment présenter ce concept, nouveau, pour les Chinois ?
RH: Je pense que le consommateur recherche cela. Il est en quête d'individualité, de plus de marques, de légitimité et de crédibilité. Ils pourront avec les multimarques découvrir des marques italiennes, françaises ou anglaises dont ils n'auraient jamais entendu parler. Si vous en doutez, regardez l'explosion des ventes en ligne, où ces marques créatives fonctionnent très bien. A long terme, les mutimarques auront aussi l'effet positif d'ouvrir de nouveaux canaux aux designers chinois. Ils ont pour l'heure des ressources limitées. Pour se développer, ils n'ont d'autre choix que d'ouvrir leur propre magasin. Ce qui est hors de prix là où c'était bon marché 10 ans plus tôt.

FM: Avec The Hub, vous demandez à des marques de se présenter sur un marché sachant qu'il n'a pas encore de réseau pour eux. Un acte de foi ?
RH: Pour le moment seulement, car nous avons la certitude que le marché va grandir. Tout est basé sur ce principe. Comme toute activité, ce n'est jamais sans risque, et cela implique une certaine foi. Ma certitude est néanmoins que le marché chinois est mûr pour les multimarques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com