×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
7 oct. 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Rocket Internet : croissance des ventes, les profits toujours à la peine

Par
Reuters
Publié le
7 oct. 2015

L'investisseur allemand Rocket Internet prévoit que trois de ses start-up en ligne atteindront le seuil de rentabilité d'ici à fin 2017, et s'est par ailleurs engagé à ne plus lever des capitaux ou faire de grosses acquisitions au cours des prochaines années.

Sous l'égide de ses fondateurs, les trois frères Samwer, Rocket Internet a depuis 2007 développé des dizaines de sites de commerce en ligne, avec pour objectif affiché la duplication du succès d'Amazon et autres Alibaba dans des marchés en voie de développement comme l'Afrique, l'Amérique latine et la Russie.



Toutefois, la récente diversification du groupe vers les commandes de repas à domicile dans les marchés développés a été plutôt mal reçue par les marchés, et l'action a perdu 49 % depuis le début de l'année, alors que le groupe cherchait à accroître son capital.

Le PDG Oliver Swamser a cherché mercredi dernier à rassurer les investisseurs, indiquant que le groupe dispose de 1,7 milliard d'euros en cash et ne prévoit donc pas de lever à nouveau du capital - en tout cas pas de manière dilutive - au cours des trois prochaines années, et ne compte pas non plus procéder à des acquisitions d'importance au cours des deux prochaines années.

Le PDG a en outre précisé que trois start-up devraient atteindre leur seuil de rentabilité d'ici la fin de 2017. Il espère par ailleurs l'entrée en Bourse de l'une d'entre elles dans les prochains 18 mois.

« Il semble que le marché doute de la capacité de Rocket Internet à construire des entreprises profitables. Pourtant, Zalando semble bien suggérer le contraire », a ainsi indiqué l'analyste Sarah Simon, de Berenberg.

La plus forte croissance des revenus a été générée par des sites généralistes comme Jumia en Afrique et Lazada en Asie du Sud-Est, mais aussi par des sites de mode comme Namshi au Moyen-Orient.

Les entreprises mises en avant par le management comme des « réussites confirmées » sont cinq sites de mode en ligne, trois généralistes, deux de livraisons de repas à domicile et deux d'articles pour la maison : en moyenne, ces entreprises ont connu une croissance de 6 % de leur marge d'exploitation, même si toutes continuent à être déficitaires.

Oliver Samwer a précisé que les entreprises d'e-commerce mettent en moyenne six à neuf ans avant d'atteindre le seuil de rentabilité, notant ainsi que la moyenne pour les entreprises sélectionnées est de quatre ans : « Il n'y a qu'en Europe que les entreprises en ligne se voient reprocher leurs pertes au cours de leurs premières années », a-t-il d'ailleurs ajouté.

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.