×
Publié le
9 juin 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Roland Garros cherche sa voie en dehors des courts

Publié le
9 juin 2012

Le tournoi de tennis de Roland Garros, c’est l’approche de la fin de l’année scolaire ou le parfum des grandes vacances qui pointent à l’horizon. Une parenthèse annuelle qui se conclut ce week-end. Et cette année encore, l’événement sportif aura attiré quelque 450 000 visiteurs, qui pour beaucoup repartent avec un produit estampillé Roland Garros. Car Roland Garros, c’est aussi depuis 25 ans une marque à part entière qui réalise 7 millions d’euros de chiffre d’affaires durant la période du tournoi.


Roland Garros, qui réalise plus des deux tiers de son activité durant le tournoi, entend développer sa visibilité et son activité à l'international. Visuels Roland Garros


"De début mai à fin juin nous avons 20 points de vente sur le tournoi et, pour mon équipe, l’objectif reste de convertir le visiteur en client de la marque, explique Edouard Bardon, responsable du merchandising et des licences à la fédération française de tennis qui gère Roland Garros. Lors de la précédente édition, la marque a réalisé 70% de son activité durant le tournoi".

Pourtant, la marque veut marquer sa présence au-delà des courts. "Nous sommes au maximum de la fréquentation sur le tournoi. Nos marges de progression sont faibles, c'est pourquoi nous travaillons sur une meilleure transformation, explique Edouard Bardon. Nous avons aussi un shop-in-shop aux Galeries Lafayette Haussmann et un corner au BHV Rivoli à Paris. Nous avons également testé pour la première fois six corners avec Aéroports de Paris qui ont très bien fonctionné. Cela s’inscrit dans une volonté de développement à l’international".

Roland Garros s’est pour la première fois exporté avant le tournoi avec un événement tennis à Pékin et entend multiplier les attentions, notamment envers les marchés chinois et brésilien. Ce sont d’ailleurs ces deux marchés où Adidas et Lacoste vendent le plus de produits siglés Roland Garros, devant la France.

Car pour optimiser son potentiel, Roland Garros s’appuie sur des marques de renom pour le développement des différents types de produits. "Les collections sont réparties en trois segments, précise Edouard Bardon. Le volet Performances est traité en co-branding. Sur le textile, nous travaillons avec Adidas qui a créé les tenues de Jo-Wilfried Tsonga et les tenues des ramasseurs de balles. Pour l’équipement, nous avançons aujourd’hui avec Babolat. La collection Village, lifestyle, est réalisée par Lacoste avec du textile, mais aussi de la bagagerie, des accessoires et du parfum. Au total, nous avons huit marques partenaires. Pour l’avenir cela pourrait être intéressant de se tourner vers l’équipement de produits multimédias".

Car Roland Garros c’est déjà les véhicules Peugeot, les montres avec Swatch, les sous-vêtements avec Eminence, les serviettes joueurs proposées par Carré Blanc et les lunettes réalisées avec Afflelou. L’essentiel de l’activité de la marque reste cependant réalisé grâce aux produits Roland Garros, notamment avec le t-shirt souvenir de l’édition, les balles de tennis mais aussi les deux lignes, l’une couleur terre battue, l’autre lagon, pour l’homme, la femme, le garçon et la fillette.
"Nous construisons les lignes en cohésion avec les co-brandings. La marque propre donne le ton car nous travaillons en amont avec le bureau de style et de tendance Carlin, puis nous donnons aux marques les axes et les coloris. Ensuite eux s’en inspirent pour finaliser les silhouettes. C’est une démarche assez récente, même avec un partenaire de longue date comme Lacoste. Cela permet par exemple d’avoir une cohérence entre les produits proposés par Adidas et les serviettes de Carré Blanc".
Aujourd’hui 60% de l’activité reste toutefois réalisée par la marque propre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com