×
7 102
Fashion Jobs
Publicités
Par
Reuters
Publié le
31 mai 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

S.T.Dupont résiste bien

Par
Reuters
Publié le
31 mai 2009


Photo : Gonzalo Fuentes
PARIS (Reuters) - S.T. Dupont, l'un des derniers fabricants français de stylos et de briquets de luxe indépendants, annonce qu'il résiste bien à la baisse de la consommation et vise une hausse de ses ventes d'au moins 10 % cette année.

L'entreprise, fondée il y a cent trente-sept ans, concurrente du britannique Dunhill et de l'allemand Montblanc détenus par le groupe de luxe Richemont, indique que la demande d'articles de luxe à bas prix, comme les stylos et les briquets, reste relativement solide.

"En période de crise, les gens ne veulent pas acheter des choses tape-à-l'œil et veulent investir dans des choses qui durent longtemps", a déclaré Alain Crevet, P-DG de S.T. Dupont, dans une interview accordée à Reuters.

S.T. Dupont est connu pour ses élégants briquets carrés, ses stylos noirs laqués dont les prix démarrent à 200 euros et sa petite maroquinerie noire.

Cotée à la Bourse de Paris depuis 1996, l'entreprise est détenue à 69 % par le magnat asiatique de la distribution Dickson Poon, qui possède également le distributeur britannique Harvey Nichols.

Le nom de l'entreprise vient des initiales de son fondateur Simon Tissot-Dupont, un maroquinier dont les héritiers ont diversifié les activités dans les briquets pendant la Seconde Guerre mondiale et dans les stylos dans les années 1970.

L'un de ses petits-fils, André Tissot-Dupont, 87 ans, siège toujours au conseil d'administration.

Selon Alain Crevet, des études montrent que la hausse mondiale des ventes de stylos de luxe s'est maintenue autour de 5 à 7 % ces quatre dernières années, bien que les gens utilisent de plus en plus les ordinateurs et les téléphones mobiles pour communiquer.

"Un beau stylo reste le symbole d'un certain statut", a-t-il dit. L'augmentation du nombre de fumeurs est également un atout. "Il y a plus d'un milliard de fumeurs sur la planète donc si nous faisons notre travail convenablement, il devrait y avoir de la croissance pour nous", poursuit Alain Crevet.


REVERS DE FORTUNE

Le résultat de S.T. Dupont, qui a publié le mois dernier un chiffre d'affaires de 61 millions d'euros pour l'exercice clos le 31 mars, devrait atteindre environ 5 millions d'euros pour la même période, prévoit Alain Crevet.

Selon lui, le résultat d'exploitation du prochain exercice 2009/2010 devrait tomber sous les 5 millions d'euros car celui qui vient de s'achever a été perturbé par un incendie qui a endommagé son usine de Savoie où sont fabriqués tous ses stylos et ses briquets.

L'usine a brûlé en janvier 2008 et rouvert au mois de décembre. L'assurance a pris en charge les pertes de revenus et l'entreprise a profité de l'incident pour rénover et rationaliser ses infrastructures de production.

En 2005, S.T. Dupont se trouvait au bord de la faillite. Une injection de capital de 45 millions d'euros, financée en grande partie par son actionnaire principal Poon, a permis de sauver l'entreprise.

Pour Alain Crevet, les résultats financiers de S.T. Dupont ont été grevés par son aventure ratée dans le prêt-à-porter, à laquelle il a mis fin quand il a repris la direction en 2006.

Il a fait le tri dans la gamme des produits, conservant seulement les plus vendus, et réduit le nombre de points de vente pour se concentrer uniquement sur les grandes adresses prestigieuses.

Il a annoncé que l'entreprise projetait d'ouvrir trente nouveaux points de vente au cours du prochain exercice, la plupart dans des magasins préexistants en Europe et en Asie, après en avoir ouvert une quarantaine l'an passé.

Selon Alain Crevet, la petite taille de S.T. Dupont ne lui permet pas de faire de grosses dépenses publicitaires. Il a donc envoyé des stylos à quelques personnalités, dont le président de la République, Nicolas Sarkozy, et sa femme, Carla Bruni-Sarkozy.

"Ca m'a énervé que notre président utilise un Montblanc, une marque allemande, alors qu'il pouvait utiliser un stylo français", explique Crevet.

S.T. Dupont est aujourd'hui un fournisseur régulier de l'État français.

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.