×
Publié le
17 mars 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Samuel Alimi: "la hausse des prix est inéluctable"

Publié le
17 mars 2011

Le sujet semble quasi tabou. Mais la hausse des matières premières et pas seulement du coton aura forcément un impact sur les marges et les prix de vente. Nous avons demandé à un expert en matière de sourcing, ancien responsable de la supply chain et des achats de Morgan, Samuel Alimi, co-fondateur de SL Sourcing avec deux industriels, l’un chinois , l’autre turc ,qui travaille pour Morgan, Etam, Zara, TopShop, Sandro, The Kooples, Caroll, etc. ce qui changeait aujourd’hui dans l’amont et l’aval de la filière du fait de cette nouvelle donne.

Samuel Alimi
Samuel Alimi
FashionMag.com : Est-ce que la hausse des matières premières perturbe concrètement l’amont textile ?
Samuel Alimi : Il n’y a pas de secret. Les hausses en cours, qui concernent au premier chef le coton, mais aussi la laine, les synthétiques, posent question à la filière. Le prix de la laine a par exemple augmenté de 48% depuis le début de l’année ! Si l’on détaille aujourd’hui le coût d’un produit fabriqué en Chine, la matière première pèse 40 à 50% du prix de revient, la fabrication 30 à 35% et le cout du transport de 10 à 15%. Or tous ces coûts augmentent. Le prix de la matière première, mais aussi les salaires et depuis notamment la crise libyenne le prix du pétrole. Le coût du transport a ainsi été augmenté à ce jour de 2,5%. Sans savoir jusqu’où ça peut aller. Certes, pour les matières premières et le prix du pétrole, c’est aussi la faute à la spéculation mais ça s’impose aux acteurs.


FashionMag.com : Comment se comportent ceux-ci, notamment vis-à-vis de votre profession ?
Samuel Alimi : les marques et les distributeurs sont bien conscients des enjeux. Les plus gros se sont donnés des cellules de veille sur ces questions. Le problème, c’est que personne n’ose s’engager sur des hausses de prix. Aujourd’hui, disons que nous arrivons à discuter et à temporiser. Le premier objectif des gens du sourcing comme moi est de sécuriser l’approvisionnement, de s’engager sur des volumes en matières premières et de discuter avec les fabricants. Tout en faisant comprendre aux marques qu’elles ne pourront peut-être pas sauvegarder les mêmes marges si elles n’augmentent pas leurs prix. Sur cette année, cela a pu passer dans la mesure où les fabrications sont initiées assez longtemps à l’avance. Cela ne durera pas.

FashionMag.com : C’est-à-dire ?
Samuel Alimi : Avec les temps de retard inhérents à ce métier, on peut penser que les vraies hausses se généraliseront dans les 6-7 mois. C’est cela que nous devons préparer aujourd’hui.

FashionMag.com : Que faites-vous et que préconisez-vous ?
Samuel Alimi : je prospecte à la recherche de nouvelles usines dans des pays comme le Cambodge, le Vietnam, l’Inde mais pas à Delhi ou Bombay, dans les campagnes, pour une fois encore essayer de baisser le coût de la main d‘œuvre de 10 à 15%. Nous travaillons sur des formules fabrication lointaine bien en avance et réassorts venant de l’Est européen et des pays du Maghreb par exemple . Mais là aussi, la Tunisie est un pays fragile politiquement aujourd’hui. On peut apprécier ce qui vient de s’y passer et en même temps ne pas vouloir prendre le risque de ne pas pouvoir servir son client. Quant au Maroc, les usines sont quasi saturées par les demandes du groupe Inditex pour Zara par exemple. La Turquie, les pays d’Europe de l’Est devraient y gagner. Je pense aussi qu’il faut se poser la question du vêtement jetable, très peu cher. La fast fashion bas de gamme devrait se calmer au profit de produits peut-être plus chers mais de meilleure qualité. De toute façon, le bas prix va devenir impossible . Je ne pense pas que les hausses actuelles ne soient qu’un épiphénomène. La montée de la consommation dans les pays émergents, comme en Chine par exemple, empêcheront tout retour en arrière en terme de prix de revient.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com