×
Publicités
Publié le
11 déc. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sergio Tacchini planche sur un plan de restructuration

Publié le
11 déc. 2012

Sergio Tacchini est dans une mauvaise passe. Touchée de plein fouet par la crise, la marque italienne d’habillement sportif rachetée en 2007 par l’entrepreneur chinois Billy Ngok, travaille à un plan de restructuration. L’alarme a été lancée par les syndicats, qui craignent la fermeture imminente du siège de Sergio Tacchini situé à Bellinzago Novarese en Piémont.

L’entreprise envisage de licencier 42 personnes sur les 55 actuellement employées dans cet établissement, réunissant notamment le bureau de style, la prototypie et la première phase de contrôle du produit. "La procédure de licenciement a été engagée", confirme l’entreprise. Cette dernière indique aussi que les collections pour l’été 2013 "n’ont pas été produites".

Sergio tacchini
Modèle de polo Sergio Tacchini
"La crainte, c’est que toute la structure italienne soit démantelée et que la marque ne soit plus gérée qu’à travers des licences. Au-delà de l'impact sur l'emploi, c’est toute une expérience et le savoir-faire italien qui sont voués à disparaître. Il n’y aura plus de continuité dans le style. La marque elle-même est à risque", s’inquiète Domenico Turri, secrétaire provincial du syndicat textile de la confédération Cisl.

"Il n’est pas question de fermer l’entreprise en Italie. Au contraire, l’objectif est de tout mettre en œuvre pour sauver cette marque historique et la maintenir en Italie. Pour faire face aux actuelles difficultés, les propriétaires sont en train d’étudier diverses solutions. Un plan de restructuration est actuellement en phase de définition et devrait être présenté vers janvier", affirme-t-on au sein du siège de Sergio Tacchini.

Fin septembre, la marque a signé un accord pluriannuel avec la société de marketing américaine IMG pour qu’elle devienne son agent pour les licences et les accords de sponsorisation. "Il s’agit d’une société de conseil, qui nous aide à trouver des licences. L’objectif reste celui de maintenir le bureau de style au sein de l’établissement de Bellinzago Novarese", souligne-t-on au sein du siège.

Fondée en 1966 par le champion de tennis italien Sergio Tacchini, la marque a su mettre en place dès ses débuts une stratégie gagnante de marketing s’appuyant sur l’image de grands champions de sport. Mais, depuis la crise des marchés, la société a de plus en plus de mal à tenir tête face à des concurrents tels les colosses Nike et Adidas. Sergio Tacchini a dû par ailleurs encaisser un coup dur récemment avec la perte de son ambassadeur de prestige, le n° 1 mondial du tennis Novak Djokovic, dont elle était l’équipementier depuis 2009. Le joueur serbe est effet passé en mai dernier chez la marque d’habillement japonaise Uniqlo.

Actuellement, Sergio Tacchini dénombre en Italie 13 boutiques monomarques et 6 outlets, un septième ayant été fermé en février dernier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com