×
Publié le
18 avr. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

SMCP compte désormais sur KKR pour continuer à croître

Publié le
18 avr. 2013

Par voie de communiqué, ce jeudi 18 avril, les dirigeants du groupe SMCP (Sandro-Maje-Claudie Pierlot) et le fonds américain KKR ont finalement confirmé leur nouvelle association. Pour pouvoir poursuivre sur le chemin de la croissance, le groupe français positionné sur le segment haut de gamme contemporain devait se trouver un nouvel allié. L’attelage L CapitalFlorac qui l’accompagnait depuis 2010 a donc revendu ses parts au fonds américain dont la participation s’élève à 65%. Les 35% restants sont partagés entre les quatre dirigeants du groupe français, Evelyne Chétrite, Judith Milgrom, Frédéric Biousse et Elie Kouby.

Sandro printemps-été 2013.


"J’ai créé cette belle histoire familiale avec ma sœur, Judith Milgrom (il y a une dizaine d'années, ndlr), et je me réjouis d’entamer avec KKR une nouvelle étape de notre vie. Aux côtés de Elie Kouby et Frédéric Biousse, Judith et moi réinvestissons de façon significative et signons aujourd’hui le début d’une ambition encore plus grande, celle de construire un leader mondial dans le segment du luxe accessible", a commenté Evelyne Chétrite, présidente de SMCP.

La hauteur de la participation du quatuor baisse de 42% dans le montage financier précédent à 35% désormais. L’investissement de KKR (Kohlberg Kravis Roberts) dans cette prise de contrôle valoriserait l'entreprise à 650 millions d’euros, bien que non confirmé, soit 11 fois l’excédent brut d’exploitation et presque deux fois le chiffre d’affaires total des marques, estimé à 350 millions d’euros en 2012, un ratio élevé selon plusieurs spécialistes.

KKR, qui est coté au New York Stock Exchange, a su se démarquer de plus d’une dizaine de candidats pour deux raisons: d’abord sa volonté de travailler avec les dirigeants et actionnaires en place et donc maintenus (les autres offres sérieuses portaient vraisemblablement sur un rachat à 100% ou presque), et ensuite son expertise bilatérale des deux marchés prioritaires identifiés par SMCP: les Etats-Unis et l’Asie.

L’Américain KKR qui ne comprenait jusqu’alors dans son portefeuille que deux investissements en matière de mode les avait ainsi trouvés en Chine, en la personne du retailer de mode urbaine Novo et du spécialiste du prêt-à-porter masculin China Outfitters Holdings Limited. En France, le fonds a investi dans des domaines bien différents, l’éolien avec Sorgenia, et les revêtements de sols avec Tarkett. Mais ce n’est évidemment pas la dimension française de Sandro, Sandro Homme, Maje et Claudie Pierlot qui intéresse KKR, mais bien entendu son potentiel international.

A ce jour, le groupement de trois marques, auquel il faut encore ajouter le jeune concept multimarque Suite 341 testé en France, recense 570 points de vente (boutiques et corners confondus), dont un tiers à l'étranger dans une vingtaine de pays encore majoritairement européens. L’objectif annoncé est d’en ouvrir pas moins de 150 nouveaux en un an, dont la très grande majorité à l’export. Aux Etats-Unis donc, où il en existe 69 à l’heure actuelle, mais aussi en Chine, où la réelle implantation doit démarrer cette année. Aux cinq boutiques hong-kongaises devraient s’ajouter six nouvelles adresses monomarques avant la fin de l’année, en commençant par Shanghaï pour Maje et Sandro. Mais là encore, l’essentiel du développement annoncé se fera via des concessions en grands magasins. En termes de ventes, KKR et le quatuor de dirigeants entendent doubler les ventes en cinq ans, soit un chiffre d’affaires espéré autour des 700 millions d’euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com