×
Publicités
Publié le
22 mai 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

SMCP veut devenir un groupe mondial

Publié le
22 mai 2014

Belle réussite française, SMCP aspire désormais à devenir un vrai groupe mondial. Le groupe de mode positionné dans le luxe accessible, avec les marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, a mis en place une nouvelle stratégie, illustrée par ses dirigeants jeudi à Milan, lors de l’inauguration de la boutique Sandro dans la centrale via Manzoni.

Etaient présents pour l'occasion la fondatrice Evelyne Chetrite, son fils Ilan, en charge du style de Sandro Homme, le directeur retail Europe Philippe Lardellier, ainsi que Fabio Mancone, directeur des stratégies de positionnement et de développement des marques, arrivé depuis peu dans le groupe sous l'impulsion du nouvel actionnaire majoritaire, le fonds d'investissements américain KKR (Kohlberg Kravis Roberts), qui détient 65 % du capital depuis juin 2013.

Un look Sandro


"Cet investisseur a une vraie culture d’entreprise et il y a un bon état d’esprit, en phase avec notre vision. Ils nous ont aidés notamment au niveau des recrutements pour renforcer le management, mais nous restons indépendants du point de vue opérationnel", indique Evelyne Chetrite, visiblement ravie du succès enregistré par Sandro en Italie.

Aujourd’hui, SMCP réalise un chiffre d’affaires de 422 millions d’euros, dont près de 65 % en France. Fin décembre 2013, il comptait 714 points de vente implantés dans 14 pays. "Nos projets futurs tournent autour de trois points essentiels. Tout d’abord faire de ce groupe, encore très national, une réalité mondiale. L’autre axe est celui de créer un lifestyle autour des marques", explique Fabio Mancone.

"Le groupe est encore très centré sur le prêt-à-porter, nous souhaitons élargir son offre avec d’autres catégories de produits. La gamme des accessoires va s’étendre, y compris à travers d’éventuelles licences pour les lunettes, les bijoux, etc. Enfin, l’accent va être mis aussi sur le numérique. En juin, va ainsi être lancé le nouveau site e-commerce de Sandro avec une nouvelle plateforme plus élaborée", poursuit-il.

Fabio Mancone


Le manager, qui a travaillé notamment pour Giorgio Armani, est arrivé chez SMCP depuis moins de trois mois, où il épaule le nouveau patron du groupe Daniel Lalonde (ex-LVMH et Ralph Lauren) dans l’élaboration de cette nouvelle stratégie.

"L’an dernier, ont été ouvertes 169 boutiques. En 2014, nous avons programmé 110 nouvelles ouvertures, dont 21 seulement concerneront la France. L’idée, c’est de rendre chacune des trois marques du groupe un peu plus globales aussi bien en termes géographique que de lifestyle. SMCP détient de nombreuses boutiques. Mais ce sont des enseignes avant d’être des marques. Notre mission est de donner du corps à ces trois marques, d’asseoir leur identité, en cherchant leurs points forts et en leur donnant de la cohérence", analyse le manager.

Après la France, l’Amérique du Nord constitue le deuxième marché du groupe avec une centaine de points de vente et les deux ouvertures récentes de Los Angeles. Les Etats-Unis sont suivis par le Royaume-Uni, deuxième débouché en Europe pour SMCP avec 25 points de vente entre boutiques et corners. "Les grandes zones d’expansion sont l’Asie, avec en premier lieu Hong Kong, où nous avons repris le contrôle de la distribution, la Chine, et la Corée du Sud. Puis il y a le Moyen-Orient et la Russie", expose Fabio Mancone.

La boutique Sandro à Milan


L’Europe, où le groupe est présent dans 10 pays, reste un levier de développement important. En juillet, est ainsi prévue l’inauguration d’une boutique Sandro à Amsterdam. L’Italie, restée jusqu’ici en retrait, s’affiche par ailleurs comme la nouvelle priorité du groupe sur le Vieux Continent.

Débarqué sur ce marché en 2009 via des corners au sein de La Rinascente, Sandro a ouvert en novembre dernier sa toute première boutique italienne à Rome, dans la prestigieuse via del Babuino, suivie depuis peu par celle de Milan.

L’accueil fait à la marque française de la part du public italien est allé bien au-delà des attentes. Résultat, en septembre prochain va ouvrir une boutique à Florence, qui accueillera cette fois aussi la collection homme, tandis qu’en juin, le groupe s’apprête à inaugurer sa toute première boutique Maje en Italie, à Rome, toujours dans la via del Babuino.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com