×
Publicités
Publié le
28 févr. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Somewhere sollicite une procédure de sauvegarde

Publié le
28 févr. 2018

Pour tenter de repartir de l’avant, Somewhere a choisi de se placer en procédure de sauvegarde. La société nordiste fait l’objet d’une période d’observation de six mois depuis le 19 février, validée par le tribunal de commerce de Lille. La marque-enseigne née en 1993 avait été cédée en 2011 par Redcats (pôle vente à distance de PPR à l’époque) à des dirigeants du groupe, Dominique Guisiano et Philippe Defontaine.


La boutique parisienne est située rue du commerce, dans le 15e arrondissement. - Somewhere


Une démarche volontaire pour Dominique Guisiano, qui va lui permettre de « se faire aider par un administrateur afin de mettre en place un plan de sauvegarde, avec un regard nouveau et extérieur, et se donner du temps pour redéployer la marque ». Somewhere, qui propose un prêt-à-porter casual pour homme et femme, a affronté une saison automne-hiver 2017/18 compliquée au niveau des ventes.  

Et la marque, qui a développé une empreinte écoresponsable, peine quelque peu à faire connaître et à achever son repositionnement, orchestré depuis le rachat par la nouvelle direction. « Un gros travail a été effectué sur la qualité et la créativité. Les prix ont du coup augmenté et nous nous orientons vers une clientèle encore plus CSP+, à la recherche de confort et de naturalité ». 30 % des produits sont fabriqués en matières bio ou recyclées (dont les t-shirts et les pulls en coton), revendique la marque employant 70 personnes. « Mais ce processus de changement est plus long que prévu et nous devons toujours expliquer notre démarche. »


La collection du printemps 2018 met l'imprimé Liberty à l'honneur - Somewhere


Le siège de Somewhere est basé à Villeneuve d’Ascq, tandis que le bureau de style est installé à Paris, au-dessus de la boutique de la rue du Commerce. Son réseau retail compte aujourd’hui 10 magasins monomarques en France, contre une vingtaine au moment de la reprise. « Nous avons fermé des magasins non rentables ou qui ne correspondaient pas au repositionnement engagé, précise Dominique Giusiano. Certains points de vente faisaient 300 mètres carrés et étaient situés en centres commerciaux. Nous misons aujourd’hui sur des petites surfaces de centre-ville. » 

Depuis 2014, Somewhere a également débuté la construction d’un réseau wholesale. En France, puis à l’export. « Cela reste compliqué de séduire les détaillants français qui ont encore la vision "enseigne" de la marque ». Le développement à l’étranger est, selon lui, plus dynamique, notamment au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne et en Suisse. Le dirigeant, qui ne communique pas le chiffre d’affaires de la société, est d’ailleurs à la recherche d’un agent pour la Scandinavie. Il s’agirait là pour la marque d’un des axes à affirmer pour stabiliser son activité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com