×
2 679
Fashion Jobs
Publié le
10 juin 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Spartoo élargit son portefeuille de marques propres

Publié le
10 juin 2017

Le 2 juin, le tribunal de commerce de Beauvais s’est prononcé en faveur de l’offre émise par Spartoo pour la reprise du pôle chaussures pour enfant de Kindy, incluant la marque GBB. Une nouvelle inédite pour le site français de vente en ligne, qui acquiert là pour la première fois une marque et un outil de production.


Spartoo possède aussi une quinzaine de boutiques physiques. - Spartoo


En reprenant 28 des 45 salariés ainsi que le site d’Andrezé (Maine-et-Loire), Spartoo s’offre surtout une expertise dans le secteur du soulier enfant. Au-delà du fait de conserver la griffe GBB et de la développer, cette acquisition lui permet de renforcer son pôle marques propres, qui s’est largement étoffé depuis le lancement en 2014 de ses trois premiers labels, Betty London, Fericelli et Moony Mood.

Car l’e-shop fondé en 2006, qui recense maintenant plus de 4 000 griffes, totalise désormais dix marques propres, couvrant toutes un secteur très précis. De quoi répondre aux demandes les plus hétéroclites de ses clients. « Se sont ajoutées Citrouille et Compagnie (enfant), Carlington (formel), So Size (grande taille), Botd (basiques), Dream in Green (écolo/roots) ou encore Yurban (street), détaille le PDG, Boris Saragaglia, dans une interview Premium donnée à FashionNetwork. Développer nous-mêmes des produits, tous fabriqués en Europe en circuit court, a évidemment un impact sur la marge. Nous avons une vraie volonté de fidéliser nos clients, en leur proposant un rapport qualité/prix encore meilleur. »

Il faut dire que les ventes des marques propres du site progresse de 30 % par an, ce qui amène le dirigeant à espérer que cette activité représente entre 15 et 20 % du chiffre d’affaires global de la société grenobloise d’ici 2020. Pour cela, l’entreprise ne s’interdit pas d’acquérir d’autres labels, comme elle l’a tout récemment fait à la barre du tribunal. En se focalisant évidemment sur la chaussure, mais regardant aussi le textile, avec la volonté de continuer à investir en France.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com