×
Publié le
20 juil. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sports Direct sort d'un exercice délicat

Publié le
20 juil. 2017

Faut-il douter de Mike Ashley ? Le médiatique patron du groupe Sports Direct clame son ambition de faire de son enseigne « le Selfridges du sport ». Les résultats de son exercice 2016-17, clos fin avril, laissent dubitatif. Le groupe, qui possède l'enseigne Sports Direct mais aussi des magasins lifestyle comme Flannels ou des marques comme Lonsdale et Karrimor, a certes vu ses ventes progresser de 11,7 % par rapport à l'exercice précédent, à 3,245 milliards de livres.

Sports Direct/Nike

Mais cette croissance est portée par l'expansion de son réseau et en particulier le rachat de l'enseigne Heatons. En Grande-Bretagne, son activité de vente au détail progresse de 6,3 %, mais, hors acquisition, la hausse est de 2,6 %. Et son activité à l'international progresse de 38 %, à 666 millions de livres, mais, hors acquisition et effets de change, la progression est de 5,9 %. Surtout, à périmètres comparables, l'activité britannique s'améliore de 0,3 % et celle à l'international recule de 0,8 %.

Le groupe peut cependant se satisfaire de l'activité de ses enseignes « Lifestyle Premium » dont les ventes ont progressé de 11,2 %, à 202 millions de livres. Et les ventes de ses marques et des licences associées se sont améliorées de 4,1 %, à 541 millions de livres.

Mais au final, le groupe affiche un Ebitda (excédent bruit d'exploitation) de moins de 273 millions de livres, en repli de 28,5 %. Sa dette nette a elle quasiment doublé, à 182 millions de livres.

Mais le patron du groupe veut mettre en avant les avancées de son projet. « Sports Direct est en route pour devenir le Selfridges du sport avec la migration vers une nouvelle génération de boutiques qui présentent les meilleures produits des marques partenaires, souligne Mike Ashley. Nous avons investi plus de 300 millions de livres (317 millions, ndlr) dans l'immobilier l'an passé et je suis satisfait d'annoncer que nos premières informations montre que l'activité dans nos nouveaux flagships est au-delà de nos attentes. »

Asics


Le groupe explique ainsi que la rentabilité de ses nouveaux magasins, qui font plus de 3 000 mètres carrés, ont une rentabilité au mètre carré plus importante que la moyenne des magasins de la chaîne. Le groupe a aussi signé un nouvel accord avec Asics afin de développer une offre ciblée sur le running dans ses flagships avec la marque japonaise. Celle-ci sera lancé au printemps 2018. Avec ces évolutions (et tout en se méfiant des évolutions de taux de change), le groupe table sur une croissance d'Ebitda pour l'exercice en cours. Celle-ci pourrait être de l'ordre de 5 % à 15 %.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com