×
Publicités
Par
AFP
Publié le
1 mai 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Tati : la direction s'en remet au tribunal de commerce

Par
AFP
Publié le
1 mai 2017

Le vichy rose de nouveau au tribunal: l'enseigne de mode à bas prix Tati est en cessation de paiement depuis vendredi, ouvrant la voie à un probable redressement judiciaire pour changer de mains, 10 ans à peine après avoir été reprise par le groupe Eram.

Qui s'offrira l'enseigne? - AFP


« J'ai déclaré hier (vendredi, ndlr) la cessation de paiement des sociétés du pôle Agora qui comprend la marque Tati », a déclaré à l'AFP Michel Rességuier, le dirigeant d'Agora Distribution qui regroupe Tati et les autres enseignes à bas prix du groupe Eram (Fabio Lucci, Gigastore et Degrif'Mania).

En difficulté depuis plusieurs années, Tati a été mis en vente en février par son propriétaire. L'enseigne emploie 1 720 personnes et totalise 140 magasins en France.

« La direction de Tati nous a annoncé hier (vendredi), lors d'une réunion extraordinaire, avoir déposé un dossier de redressement judiciaire devant le tribunal de commerce, alors que six repreneurs sont officiellement intéressés par le rachat des magasins », s'est étonnée Nicole Coger, déléguée syndicale CGT, premier syndicat de l'enseigne.

« Il y a un mois pourtant, le groupe Eram affirmait que Tati n'avait plus aucune dette. Aujourd'hui, il dit que 6 millions d'euros de dettes ont été cumulés en trois mois. Résultat de la manoeuvre, le groupe Eram pourrait faire payer sa dette et le plan de licenciements par les contribuables », a-t-elle déploré, craignant pour la survie de « plus de 700 emplois ». Un chiffre qui colle avec l'espoir de la direction de sauver plus de 1 000 emplois.

Le PDG du pôle Agora, dont Tati et ses magasins du quartier parisien de Barbès constituent le fleuron, explique avoir choisi de passer devant le tribunal de commerce en raison du profil des offres reçues.

« Nous avons reçu sept offres de bonne qualité, mais toutes comportaient des conditions suspensives. Compte tenu des caractéristiques de la plupart de ces offres, il m'a semblé que le meilleur moyen pour leur permettre de prospérer et d'aboutir, c'était de passer par une procédure de prépack-cession », a déclaré Michel Rességuier, confirmant des informations du journal Le Monde.

Première audience ce mardi

Ce processus de cession judiciaire accélérée permet au tribunal de se prononcer dans des délais assez courts. Car l'objectif déclaré de la direction est « d'arriver à faire aboutir les cessions vers la mi-juin », selon Michel Rességuier.

« J'aurais préféré une reprise des titres : dans ce cas-là, vous reprenez tout. Je n'ai reçu qu'une offre sur les sept en ce sens et elle est assortie de conditions suspensives tellement dures, tellement exigeantes, qu'elle a très peu de chances d'aboutir », a-t-il expliqué pour justifier sa décision.

La première audience devant le tribunal de commerce de Bobigny est prévue mardi après-midi, a indiqué Michel Rességuier, alors que les salariés ont prévu de se mobiliser pour des actions dans les tout prochains jours, selon la CGT.

L'ensemble des élus syndicaux, selon la CGT, a refusé de voter la mise en redressement judiciaire comme demandé par la direction. « Cela va trop vite », a jugé Nicole Coger. Son syndicat demande l'ouverture immédiate de négociations avec le groupe Eram.

Parmi les marques d'intérêts figure une offre ferme du dirigeant-fondateur de Gifi, groupe spécialisé dans la décoration à petit prix. Philippe Ginestet propose de conserver la marque et l'activité de Tati, et de reprendre plus de 100 magasins et environ 1 200 salariés, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Malgré une stratégie de diversification de son offre et d'internationalisation, Tati a enregistré l'an dernier une baisse de ses ventes et un déficit, selon Agora Distribution. L'enseigne avait notamment ouvert, le 2 septembre dernier, un magasin à Casablanca, la capitale économique du Maroc.

Par Nicolas Gubert

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.