×
Publicités
Publié le
5 oct. 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Thierry Petit (ShowroomPrivé) : "En dix ans, nous sommes passés de destockeurs à partenaires des marques"

Publié le
5 oct. 2016

ShowroomPrivé fête ses dix ans d’existence. Une décennie durant laquelle le challenger de Vente-privée s’est construit une aura propre sur un positionnement mode et féminin. Un anniversaire qui intervient en plein lancement d’une nouvelle version du portail, et après l’acquisition de l’italien Saldi Privati. Co-fondateur et co-PDG, Thierry Petit revient pour FashionNetwork sur les développements menés.
 

Thierry Petit - ShowroomPrivé


FashionNetwork : Qu’est-ce qui a motivé le rachat de Saldi Privati ?

Thierry Petit : L’Italie est un pays de marques, et Saldi Privati profite d’une belle base d’acheteurs installés. C’est un acteur local, pas global, qui a noué des relations fortes avec les marques italiennes, et est en quête de volumes sur les marques étrangères. Ce qui rend ce rapprochement d’autant plus évident dans nos stratégies respectives. Dans un avenir proche, les identités des deux sites vont fonctionner en parallèle. Ensuite, tout dépendra de la perception de ces offres : si nous gardons les deux marques, ce sera sur deux positionnements différents.

FNW : Il y a un an, le leader chinois Vipshop est entré au capital. Comment cela s’est-il traduit dans les ventes ?
 
TP : Nous sommes toujours à la recherche d’un modèle. Nous avons partagé des ventes. Nous ne sommes pas dans quelque chose de très intégré pour l’instant. Il n’y a pas derrière nos échanges une dynamique industrielle. Nos collaborations se font à l’occasion, à l’opportunité.
 
FNW : Le portail a évolué pour la rentrée…
 
TP : Oui, c’est une nouvelle version du site et des applications. Nous avions besoin de tout remettre un peu au goût du jour, afin de revaloriser les marques, mettre en avant de nouveaux services. Comme le moteur de recherche qui prend une importance croissante, ou notre marque propre IRL qui devient une rubrique. Et pour nos dix ans, nous menons dix jours d’animations diverses, avec des voyages à gagner, de l’habillement, et divers événements dédiés à la communauté.

FNW : Comment percevez-vous ces dix ans écoulés ?
 
TP : Il y a eu un énorme "shift" en dix ans. Il y avait au départ un gros acteur, et de petits acteurs n’offrant pas un volume suffisant aux marques. Dix ans plus tard, il n’y a plus grand monde. Et principalement deux acteurs. Les marques avaient besoin d’une alternative. Si bien qu’aujourd’hui nous sommes dans une dynamique ou nous pensons dans la durée, avec la communication qui suit. En dix ans, nous sommes passés de destockeurs à partenaires des marques. Celles-ci auront toujours une volonté d’écouler leurs stocks pour ne pas gêner leur réseau traditionnel. Et elles comprennent désormais parfaitement que nous leur permettons d'atteindre plus de personnes qu’elles n'en toucheraient par elles-mêmes.
 
FNW : La perception des marques à votre égard a-t-elle beaucoup changé ?
 
TP : L’évolution a été simple : il y a dix ans, les marques étaient frileuses, mais pragmatiques. Les inquiétudes liées à l’impact des ventes évènementielles sur l’image ne concernaient pas que les marques de luxe, cela touchait l’ensemble des marques. D’où l’importance de montrer rapidement notre compétence à créer de la valeur. A condition d'avoir la capacité d’écouler beaucoup de pièces en peu de temps.
 
FNW : Quelles seront les prochaines étapes de développement ?

TP : En France comme en Europe, il y a toujours beaucoup de business potentiel. Le marché accélère toujours, et se montre très porteur. Nous avons toujours notre capacité à nous focaliser sur la femme, où nous n’avons pas encore toutes les marques. Et ce développement se fait que ce soit en externe, comme un Italie, ou de manière organique comme en Espagne, afin de densifier notre offre locale. Avec, en plus de l’offre, la nécessité d’ouvrir d’autres services innovants. Notamment sur mobile, qui pèse aujourd’hui 30 % de notre chiffre d’affaires et 80 % de notre audience.
 
Showroomprivé va bientôt fêter le premier anniversaire de son entrée en bourse via Euronext Paris. Le portail a réalisé en 2015 un volume d’affaires de 600 millions d’euros et un chiffre d’affaires de 443 millions d’euros (+27 %).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com