×
Publicités
Par
AFP
Publié le
22 déc. 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Unilever: la justice suspend le plan social de l'unité de R & D du Meux

Par
AFP
Publié le
22 déc. 2009

Le tribunal de Nanterre a suspendu le plan social de l'unité de recherche et développement d'Unilever du Meux, près de Compiègne (Oise), employant 32 personnes et qui doit être transférée aux Pays-Bas, estimant qu'il n'avait pas de justification économique.

Unilever
Visuel Dove

L'intersyndicale FO-CGT-CFDT avait contesté en justice le plan en évoquant "un plan pas justifié économiquement et d'un niveau très faible" pour les salariés concernés.
Les syndicats craignent aussi que le départ du centre de développement soit "une première étape dans le démantèlement du site du Meux, où travaillent quelque 300 personnes".

Le tribunal de Nanterre a estimé qu'"aucun fait économique concret ou chiffré ne vient étayer" la justification économique de ce transfert qui vise, selon Unilever, à recentrer la recherche pour favoriser l'émulation et l'inter-discipline des études.
Le centre du Meux doit être transféré à Vlaardingen en Hollande, tout comme un centre en Allemagne.

L'ordonnance de référé du 18 décembre relève aussi un crédit d'impôt d'un million d'euros dont a bénéficié le site qui travaille sur le développement de produits capillaires pour le marché européen pour les marques telles que Dove, Timotei ou Sunsilk.

Le tribunal pointe aussi les insuffisances du plan social en matière de reclassement et des mesures d'accompagnement "a minima et sans rapport avec l'importance du groupe".

La justice estime enfin qu'un jugement au fond devra être prononcé.
Le groupe Unilever, l'un des trois premiers groupes alimentaires et de cosmétiques, a multiplié ces dernières années les restructurations en Europe et dans le monde.
En 2009, en France, l'usine historique d'Amora à Dijon a fermé, ainsi que celle d'Appoigny (Yonne) et un plan de restructuration avec 153 suppressions de postes au siège à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) a été annoncé. Les licenciements au siège devaient être toutefois limités par 17 créations de postes et des CDD non renouvelés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.