×
Par
AFP
Publié le
13 avr. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Uniqlo : des erreurs stratégiques ont plombé le début d'année, reconnaît le PDG

Par
AFP
Publié le
13 avr. 2016

Le fondateur et PDG de l'enseigne japonaise Uniqlo a reconnu dans un entretien accordé au journal Nikkei avoir commis des erreurs stratégiques en mésestimant l'état d'esprit actuel des clients japonais, ce qui a conduit à des résultats jugés mauvais.

Un nouveau magasin Uniqlo à Berlin - www.uniqlo.com


« Les articles dont nous avons augmenté le prix n'ont pas trouvé preneurs. Le marché est très difficile et notre décision d'élever les tarifs n'était pas bonne. Les consommateurs sont dans une situation qui dépasse ce que j'avais imaginé », a déclaré Tadashi Yanai, selon les propos rapportés dans l'édition de mercredi matin du quotidien économique.

Uniqlo avait décidé d'élever de 10 % en 2015 les prix de nombreux articles, en raison des variations des cours des monnaies qui lui étaient défavorables: ses coûts à l'étranger sont élevés et quand le yen baisse (comme c'était le cas jusqu'à récemment), ils bondissent.

Cette stratégie a échoué et le groupe Fast Retailing (qui coiffe la marque Uniqlo) a sabré la semaine dernière ses prévisions de résultats pour l'exercice de septembre 2015 à août 2016, à cause de méventes, notamment au Japon.

Uniqlo n'est pas parvenu à atteindre ses objectifs dans l'archipel avec ses collections hivernales (dont la ligne HeatTech) du fait de l'arrivée tardive du froid, et les clients n'ont pas tant qu'à l'accoutumée fréquenté les 844 boutiques au Japon.

La hausse de 13 % des recettes des désormais 890 boutiques Uniqlo à l'étranger (174 de plus qu'un an plus tôt) n'a pas suffi à éviter une dégringolade de 31 % du bénéfice d'exploitation afférent, à 29,4 milliards de yens, à cause d'une perte opérationnelle aux Etats-Unis et d'un déclin de rentabilité en Chine comme en Corée du Sud.

Fast Retailing s'attend désormais à un bénéfice net annuel de seulement 60 milliards de yens (480 millions d'euros), contre 110 milliards espérés précédemment. Et Tadashi Yanai de préciser que le groupe allait revoir sa politique commerciale et son organisation pour que tous, du haut en bas de l'échelle, aient davantage le sens des responsabilités.

Lors d'une récente conférence devant des étudiants et quelques journalistes à Tokyo, le dirigeant avait déclaré que « la gestion d'une entreprise était tout sauf tranquille, c'est une succession de crises », ajoutant "à partir du moment où l'on commence à être satisfait de soi-même, les affaires s'arrêtent ».

Reste que, depuis des années, Uniqlo avait habitué tout le monde à des bonnes nouvelles en brandissant des résultats en progression d'année en année. Bilan, l'avertissement lancé récemment a été qualifié de « choc » par la presse japonaise.

Le lendemain, l'action avait dévissé de près de 13 % à la Bourse de Tokyo.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.