×
Publié le
1 sept. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Van de Velde : des bénéfices plombés par Intimacy

Publié le
1 sept. 2014

Après avoir annoncé début juillet dernier un chiffre d'affaires groupe bien orienté pour le premier semestre, Van de Velde a publié des résultats, quant à eux, plus nuancés à la fin août. Le groupe belge spécialiste de la lingerie a ainsi confirmé un chiffre d'affaires consolidé en hausse de 10,3 % (107 millions d'euros), ou 9,4 % à périmètre comparable (soit hors livraisons anticipées de l'automne-hiver 2014). Si ses marques (PrimaDonna, Andres Sarda, Marie Jo) et son retailer européen Rigby & Peller se sont bien comportées, la mauvaise performance de sa chaîne américaine Intimacy a plombé les résultats.

PrimaDonna automne-hiver 2014-15.


Ainsi, suite à une chute de 22,7 % du chiffre d'affaires d'Intimacy (seize boutiques aux Etats-Unis), la valeur de la chaîne a fait l'objet d'une dépréciation. Une opération qui pèse lourdement sur les bénéfices du groupe au premier semestre. Ainsi, si l'on exclut l'impact exceptionnel de cette dépréciation, l'EBITDA s'est élevé à 32,3 millions d'euros, soit une hausse de 19,2 %. Les bénéfices récurrents passent eux de 19,9 millions à 21,3 millions d'euros. Mais si l'on tient compte de la dépréciation, les bénéfices dégringolent de 75 %.

Pour le second semestre et la saison automne-hiver 2014, le groupe est optimiste et s'attend à une nouvelle hausse de son chiffre d'affaires, mais moins élevée qu'au premier semestre, car la saison printemps-été 2014 a été boostée par le lancement d'une ligne swimwear PrimaDonna. L'EBITDA récurrent devrait lui aussi maintenir une orientation positive, mais le groupe ne s'avance pas en revanche sur les performances d'Intimacy et leur impact éventuel sur la seconde moitié de l'année.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com