×
Publicités
Par
AFP
Publié le
15 janv. 2013
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

VF Corp met 438 millions d'euros sur la table pour Billabong

Par
AFP
Publié le
15 janv. 2013

© 2013 AFP - VF Corporation, propriétaire des marques The North Face, Lee et Wrangler, a déposé une offre de reprise du groupe australien de vêtements de surf Billabong International pour 556 millions de dollars australiens (438 millions d'euros), a annoncé ce dernier mardi.


L'offre conjointe de VF Corp. et Altamont Capital Partners, qui proposent 1,10 dollars AUD (86 centimes d'euro) par action, est équivalente à l'offre concurrente de la société d'investissement Sycamore Partners associée à un ancien dirigeant de Billabong, Paul Naude.

L'annonce a fait bondir le titre du groupe australien de 13,02%, à 95,5 cents, à la Bourse de Sydney mardi.

Le conseil d'administration se donne six semaines pour évaluer l'offre de VF Corp./Altamont.

Billabong International a revu à la baisse fin décembre ses prévisions de résultats pour l'exercice 2012/13 (clos le 30 juin), en raison de performances décevantes en Amérique et en Europe.

Il table désormais sur un bénéfice brut d'exploitation (Ebitda) compris entre 56 et 63 millions AUD, contre un montant compris entre 100 et 110 millions AUD précédemment.

Deux fonds d'investissement américains, TPG International LLC et Bain Capital, ont ces derniers mois fait une offre de reprise, avant de la retirer, provoquant une chute de l'action.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.