×
5 481
Fashion Jobs
GROUPE IKKS
Responsable Transport et Douanes - CDI
CDI · SÈVREMOINE
GROUPE IKKS
Responsable Gestion Des Achats - CDI
CDI · SÈVREMOINE
GROUPE IKKS
Responsable Achats Prêt-À-Porter Enfant - CDI
CDI · SÈVREMOINE
GROUPE IKKS
Responsable Production - Travail à Façon (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
PRINTEMPS
Responsable Acquisition et Fidélité Client H/F
CDI · PARIS
PRINTEMPS
Manager Des Ventes Lyon H/F
CDI · LYON
PRINTEMPS
Manager Des Ventes Marseille la Valentine H/F
CDI · MARSEILLE
PRINTEMPS
Chef de Projet Amoa/ CRM Omnicanal H/F
CDI · PARIS
PRINTEMPS.COM
Business Manager Marketplace H/F
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Responsable Méthodes et Outils Magasins H/F
CDI · BRESSOLS
GROUPE ETAM
Product Owner Plm & Master Data H/F
CDI · CLICHY
LE COQ SPORTIF
Chef de Secteur Sud - Lifestyle
CDI · LYON
LE COQ SPORTIF
E-Commerc Manager
CDI · PARIS
GROUPE L'OCCITANE
CDI - Chef de Produit Marketing Opérationnel Sell-Out France H/F - l'Occitane en Provence
CDI · PARIS
CITY ONE
Assistant du Président H/F
CDI · PARIS
CITY ONE
Office Manager (H/F) Roissy CDI Tcomplet 39h50
CDI · ROISSY-EN-FRANCE
GROUPE BEAUMANOIR
Chef de Produits Textile (H/F)
CDI · SAINT-MALO
K-HUNTING
Assistante du Président/Ceo
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Juriste Droit Des Affaires et Propriété Intellectuelle H/F
CDI · PARIS
FRANCK PROVOST
Chef de Projet Acquisition / Traffic Manager H/F
CDI · PARIS
VEJA
Image Digitale Manager
CDI · PARIS
LES DEMOISELLES DE LAVAL
Responsable d'Atelier de Couture Luxe
CDI · LAVAL
Par
AFP
Publié le
3 mai 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Victoire symbolique à l'Assemblée des anti-parabènes et autres phtalates

Par
AFP
Publié le
3 mai 2011

PARIS, 3 mai 2011 (AFP) - Les partisans d'une interdiction des parabènes et autres phtalates, ces perturbateurs endocriniens utilisés dans les plastiques et les cosmétiques, ont remporté une victoire, symbolique, mardi à l'Assemblée avec le vote surprise d'une proposition de loi en ce sens du Nouveau Centre.

Ce texte a été adopté contre l'avis du gouvernement et de l'UMP par 236 voix contre 222, lors d'un vote solennel. En commission, courant avril, il avait été rejeté, ce qui préfigurait un vote identique en séance publique.

Le vote a donc été accueilli par des applaudissements sur les bancs du NC mais aussi du PS, du PCF et des Verts. Les députés de gauche mais aussi 19 élus UMP, François Bayrou (MoDem) ou encore Nicolas Dupont-Aignan (DLR) ont en effet mêlé leurs voix aux centristes.

Depuis 2007, les scrutins publics ont rarement donné lieu à de telles surprises. Ce fut le cas en mai 2008 pour le projet de loi OGM et en avril 2009 sur le texte Hadopi, tous deux -temporairement- rejetés.

Pour le gouvernement, le vote de mardi pourrait ne pas prêter à conséquence. Il peut décider de ne pas inscrire le texte à l'ordre du jour du Sénat.

"Il doit l'inscrire ! Il ne peut pas ignorer le vote de la représentation nationale", a aussitôt déclaré à l'AFP le patron des députés NC, François Sauvadet, saluant cette "victoire" du Nouveau Centre et le fait que "les sujets de société et de santé publique dépassent les clivages politiques".

Le texte, très bref, stipule que "la fabrication, l'importation, la vente ou l'offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols sont interdites".

Considérés comme des perturbateurs endocriniens, ces produits entrent dans une foultitude de produits de consommation courante (objets en plastique, cosmétiques, détergents...). De nombreuses études ont démontré que ces substances chimiques perturbent le fonctionnement du système hormonal, en particulier celui de la reproduction, et affectent aussi bien l'adulte que l'enfant et même l'embryon.

Elles auraient une incidence sur l'accroissement des tumeurs du sein et la baisse de la fertilité masculine.

L'auteur du texte, Yvan Lachaud, a fait valoir que la réglementation existante restait parcellaire face aux risques encourus qui ne se mesurent plus en référence à des doses maximales autorisées mais résultent d'une "imprégnation" quotidienne.

Les phtalates, qui assouplissent le plastique, sont très communément utilisés dans toutes sortes de produits de consommation (emballages, adhésifs, peinture, vernis à ongles, laque pour les cheveux, parfums...).

Les parabènes sont des conservateurs largement utilisés dans les cosmétiques mais aussi dans des médicaments et certains aliments. Quant aux alkylphénols, ils sont incorporés dans des produits de nettoyage mais aussi utilisés comme émulsifiants.

Lors des débats, le 14 avril, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, avait proposé d'attendre le résultat d'expertises en cours avant d'interdire ces substances, jugeant "prématuré" le texte du Nouveau centre. "Si on pouvait aller plus vite, j'en serais le premier heureux".

Yves Cochet (Europe Ecologie-Les Verts) s'est félicité mardi de cette "avancée" pour la santé publique: "On l'avait déjà fait pour le bisphénol A, interdit dans les biberons. On le fait là pour une classe beaucoup plus générale de produits chimiques".Par Anne-Marie LADOUES et Frédéric DUMOULIN

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.