×
Publié le
13 mai 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Victoria Casal dope ses marques

Publié le
13 mai 2009

Victoria a plusieurs vies. Alors qu’elle fête les dix ans de ses « accessoires de joaillerie » sur la place Vendôme, signés Victoria Casal, elle entame une nouvelle phase de développement avec Victoria Couture, la marque de prêt-à-porter à l’effigie de Hello Kitty.


Bijoux Victoria Casal

Victoria Casal et Victoria Couture sont deux histoires entremêlées. Il faut remonter aux origines pour mieux saisir. Il y a dix ans, Victoria Casal se lance dans la joaillerie et s’installe place Vendôme. Au cœur des joyaux de Paris, elle ouvre son boudoir ; un espace cosy que l’on découvre une fois franchie la porte cochère du 24. Aujourd’hui encore, elle y reçoit ses fidèles. Elles se transmettent l’adresse un peu comme un secret qu'elles chuchoteraient à l’oreille de la bonne copine.

Depuis ses débuts, elle propose des bijoux imaginés comme des « accessoires de joaillerie », composés en or blanc, rose ou jaune, sertis de diamants ou encore de saphirs. Des pièces poétiques, discrètes et plutôt fines. Au milieu des années 2000, alors que les grands de la place adoptent le style animalier, Victoria Casal se cherche un « grigri ». Elle le trouve finalement avec Hello Kitty. Le petit chaton nippon la séduit, avec son univers émotionnel, féminin et coloré. La licence d’exploitation en poche, signée avec le japonais Sanrio propriétaire de Hello Kitty, elle dessine des bijoux à son effigie avec l’idée de faire sortir cette figurine attachante du mass market et ensuite de compléter son univers.


Créations Victoria Casal

C’est ainsi que Victoria Couture fait son entrée, en 2006, entrainant dans son sillage le prêt-à-porter puis les accessoires et les sacs. Pour marquer la distinction, tout ce qui intéresse Hello Kitty est alors rassemblé sous l’étiquette Victoria Couture, tandis que les bijoux à proprement parler sont le fait de Victoria Casal. Cette dernière connait d’ailleurs un nouveau souffle au Moyen-Orient. La marque vient en effet d’ouvrir une boutique à Dubaï et d’autres points de vente sont programmés. Des pourparlers seraient déjà engagés, allant dans le bon sens.

Quant à Victoria Couture, elle vit sa success story. Via la « kawaii » (mignon, ndlr) Hello Kitty, la créatrice bouscule les codes avec élégance, brouille les écarts générationnels pour parler à tous les âges. L’univers joyeux, un peu enfantin, de la marque connait un tel engouement que les choses s’accélèrent très rapidement.


Victoria Couture, collection automne-hiver 2009/2010

Si au départ, Victoria dédiait son prêt-à-porter aux 25–40 ans, l’enfant a fait son entrée un an après, d’abord pour bébé puis pour petite fille. Il faut dire qu’avec son style attachant, facile à porter, la marque a de quoi séduire. Elle a donc constitué ses basiques – des petits hauts, des pulls en cachemire, des vestes en coton, … - tous à l’effigie du petit chaton. Et aujourd’hui, l’offre femme est à part égale avec celle de l’enfant.

En clair, Hello Kitty ne connait pas la crise et c’est tant mieux. 2009 promet d’être une belle année pour cette figurine trentenaire. Compte-tenu de la forte croissance enregistrée en à peine trois ans, nombreux sont ceux qui se penchent sur le berceau de Victoria Couture. De nouveaux associés se sont joints à l’aventure l’année dernière, venant de Kookaï ou encore de Sinequanone et connaisseurs de l’univers textile.


Victoria Couture, collection enfant automne-hiver 2009/2010

Aujourd'hui, la marque est présente à travers plus de 500 multimarques dans le monde, compte huit boutiques en propre, dont trois à Paris (Place des Victoires, rue Etienne Marcel et rue Longchamp). Elle dénombre également dix affiliés et c’est de ce côté que Victoria Couture entend booster sa croissance, mettant l’accent sur le concept fort qu’elle propose. A savoir, des boutiques de 100 mètres carrés qui abriteront la femme, l’enfant, les bijoux, montres ou encore chaussures ou des espaces plus confinés entre 40 et 50 mètres carrés dédiés, au choix, à l’enfant, à la femme ou seulement aux accessoires. Dix-neuf boutiques sont d’ores et déjà programmées entre la Russie et le Moyen-Orient.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com