×
Publicités
Par
Les echos
Publié le
11 juin 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Vivarte : le rachat de Beryl est finalisé

Par
Les echos
Publié le
11 juin 2007

Vivarte ajoute officiellement un nouveau chausseur à son portefeuille de marque. L'ex Groupe André qui exploite aujourd'hui quize marques d'habillement et de chaussures (Mosquitos, Minelli, André, San Marina, La Halle, Chaussland ou Besson) accueille entièrement dans son giron le distributeur Beryl.


Clarks Funky Doo

Crédit Agricole Private Equity, filiale du groupe Crédit Agricole, indique aujourd'hui dans un communiqué avoir finalisé la cession de l'intégralité du capital du distributeur de chaussures, sans communiquer sur le montant de la cession, mais en indiquant avoir "multiplié sa mise par trois".

Le Crédit Agricole était entré au capital de Béryl en septembre 2005 ; il détenait 47 % du capital de la holding de contrôle de Beryl, via Crédit Agricole Private Equity et sa filiale Carvest. Un groupe de sociétés financières comprenant notamment CIC Finance en contrôlait 40 % et le dirigeant de Beryl, David Sztabholz, 13 %. Tous ont aujourd'hui cédé leurs parts à Vivarte.

La société Beryl compte 650 salariés et dispose d'un réseau de 91 succursales en France, notamment situées dans l'est de la France, principalement implantées (57 %) en centre-ville. Distributeur multimarques de chaussures pour femmes, hommes et enfants, Beryl vend des marques comme Converse, Timberland ou Camper, et a réalisé en 2006 un chiffre d'affaires de 64 millions d'euros.

Le projet d'acquisition de Beryl avait été annoncé au mois de mars, soit peu de temps après l'officialisation de négociations exclusives avec NafNaf en vue de son rachat. Pour Vivarte, la multiplication des marques est une réponse à la segmentation du marché de la mode. Le groupe a réalisé l'année dernière un chiffre d'affaires de 2,3 milliards d'euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Les Echos