×
Par
AFP
Publié le
30 juin 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Vivarte : projet de cession de Kookaï, Chevignon et Pataugas

Par
AFP
Publié le
30 juin 2016

Le groupe Vivarte (La Halle, La Halle aux chaussures, André, Caroll, Minelli, San Marina...) a annoncé la mise en vente de ses enseignes Kookaï, Chevignon et Pataugas, qui comptent au total plus de 900 salariés, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Kookaï


« Nous avons simplement été informés par téléphone, sans aucun détail », du projet de vente de ces trois enseignes, a indiqué à l'AFP Karim Cheboub, secrétaire CGT du comité de groupe. « Le dépeçage du groupe continue », s'est indigné le coordinateur CFDT, Jean-Louis Alfred.

Pourtant, ce projet de cession était inscrit dans la nouvelle organisation du groupe. Ces marques avaient été rattachées au directeur financier. Ce qui était un signe indéniable de ce qui se profilait.

Autre signe avant-coureur : la cession de nombre de points de vente Chevignon et surtout Kookaï tendant à assurer la diffusion de ces marques via surtout le wholesale.

La marque la plus mal en point est  Kookaï. Nous écrivions dans FashionMag Premium en janvier dernier : « Kookaï chez Vivarte a de quoi inquiéter. Avec sur son dernier exercice, clos à fin août 2015, une baisse de 23 % du chiffre d'affaires, à 72,5 millions d'euros et 30 millions de pertes, quel peut être l'avenir de cet ancien fleuron de la mode jeune française ? »

Vivarte, dirigé depuis le printemps par Stéphane Maquaire, ancien patron de Monoprix, avait déjà annoncé en début d'année la cession de la Compagnie vosgienne de la chaussure (CVC, 140 salariés) et de l'enseigne Défi Mode (85 magasins, 340 salariés). En janvier aussi, avait été cédée la marque Accessoire Diffusion.

Une porte-parole de la direction a confirmé à l'AFP le projet de cession de Kookaï, Chevignon et Pataugas, précisant qu'il s'agissait « du tout début du processus », qui devrait durer plusieurs mois, avec la recherche de repreneurs.

Vivarte veut donner à ces trois enseignes bénéficiant d'une forte notoriété « les moyens de se développer » en faisant en sorte qu'elles soient « adossées à un actionnaire » disposant des ressources nécessaires, faute de pouvoir lui-même soutenir fortement « chacune de ses 16 marques », a expliqué la porte-parole.

Les nouvelles enseignes qui vont être cédées comptaient fin 2015 au total 910 salariés répartis comme suit : Kookaï (600), Chevignon (250) et Pataugas (60).

« J'ai demandé une réunion extraordinaire du comité de groupe dans les plus brefs délais afin qu'il soit au moins informé des conséquences pour les salariés », a indiqué Karim Cheboub, en dénonçant « l'opacité totale » autour de ce dossier.

Les représentants du personnel de Kookaï et Chevignon ont été informés jeudi à l'occasion de la réunion des comités d'entreprise des deux enseignes, selon la porte-parole de la direction. Les salariés de Pataugas, qui ne dispose pas d'un comité d'entreprise, ont été informés directement, a-t-elle ajouté.

Les syndicats de Vivarte (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et Sud) avaient dénoncé en février dans une lettre ouverte à l'ancien PDG, Richard Simonin, les difficultés du groupe qui a mis en oeuvre quatre plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) chez La Halle, Kookaï, Défi Mode et André en 2015, avec à la clé la suppression de 1.850 postes.

Jean-Paul Leroy (avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.