×
Publié le
22 janv. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Who's Next Paris: une fréquentation en baisse du fait de la neige

Publié le
22 janv. 2013

Bien sûr, la crise pouvait laisser penser aux organisateurs de Who’s Next Paris que leurs efforts ne seraient peut-être pas récompensés à la hauteur de leur mérite pour cette session de janvier 2013. Mais ils n’avaient sans doute pas prévu d’essuyer une chute de 11% des visiteurs au global, en tout cas à la fin du 3ème jour par rapport aux quatre jours de l’an dernier. Et, pire encore, de devoir faire face à une baisse de 19% des Français, de 23% des Anglais, de 17% des Espagnols, de 15% des Italiens et de 7% des Allemands. Heureusement, l’Asie a apporté plus de 9% de visiteurs en plus, 9,2% exactement.

Le secteur Fame

La raison essentielle évoquée par Bertrand Foache, cofondateur de WSN Développement, organisateur de Who’s Next Paris, est la météo avec des chutes de neige qui ont touché une grande partie de la France dès vendredi soir. De fait, les exposants même du salon dès dimanche et jusqu’à aujourd’hui n’ont quasiment jamais évoqué une désaffection du salon pour d’autres raisons. En clair, ils s’attendaient tous à une baisse du visitorat. Eux-mêmes ont ainsi du faire face à des annulations de rendez-vous.

Bertrand Foache prend d’ailleurs soin de préciser que le “ressenti” dans le salon était quelque peu différent avec des allées assez remplies et des stands où l’on notait.

Par exemple, Laetitia Bosc, chez 75 Faubourg, souligne être assez contente en ayant rencontré de nouveaux clients tout en admettant qu’il y avait moins de monde sans doute pour cause de neige. Et de relever: “Nous avons des clients allemands qui ont du carrément dormir à l’aéroport”.

Chez La Petite Française, Patrick Zenou, directeur des ventes, soulignait lui lundi après-midi: “Ce n’est pas la grande foule au salon, c’est sûr, mais on a quand même vu des gens intéressants, pris de nouveaux contacts”.

Cédric Allouche, dirigeant de Deby Debo, relève également une fréquentation en baisse et évoque de gros clients à l’étranger “dont j’attends toujours des nouvelles pour savoir s’ils vont finalement venir” (lundi Ndlr). “C’est la faute de personne, affirme-t-il, si ce n’est la malchance que ça tombe ce week-end mais le constat se fait tout seul. Ne pas être occupé un lundi après midi, ce n’est vraiment pas dans les habitudes”.

Le secteur Mr Brown

La configuration du salon lui-même, avec sa nouvelle organisation (Mr Brown redescendu au rez-de-chaussée, les accessoires regroupés au 7.2, Private en plusieurs halls, etc. a été plutôt apprécié des exposants. Certains visiteurs semblaient, eux, un peu perdus. Bertrand Foache promet une stabilité du plan dans les grandes lignes pour les manifestations prochaines après deux saisons de changements pour cause d’ajustements suite à la fusion de Who’s Next et de Prêt-à-Porter Paris.

La satisfaction la plus grande pour ce qui concerne l’emplacement des secteurs portrait sur le retour de Mr Brown au rez-de-chaussée. Manifestement tant exposants que visiteurs ont apprécié de se retrouver à un endroit plus visible.

Pour autant, une fois encore, le secteur masculin de Who’s Next a posé question. Certains exposants s’étonnaient de l’éclectisme des marques présentes, allant de marques établies à de jeunes labels en passant par des marques précédemment implantées en grande distribution.

Plus apprécié semble-t-il et en tout cas dynamisant, l‘espace mixte Sir Brown avec la présence de jeunes marques internationales. Celui-ci a apporté une touche de créativité (Niyazi Erdogan) et un ton décalé (Aloha from Deer) bienvenu dans cette période quelque peu secouée.

Jean-Paul Leroy (avec Bruno Joly, Anais Lerévérend, Olivier Guyot, Matthieu Guinebault, Sophie Chaudey et Sarah Ahssen)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com