×
Publicités
Publié le
1 juil. 2012
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Who's Next-Prêt à porter Paris: de bonnes vibrations

Publié le
1 juil. 2012

“Tous les ingrédients sont là. Maintenant il faut que le monde vienne”… Ce propos de Michel Roulleau, directeur général adjoint de la branche grands magasins du groupe Galeries Lafayette, en fin d’après-midi du samedi 30 juin, premier jour du salon, résume bien le sentiment des divers exposants. Jusqu’à dimanche soir en tout cas.


Le concept du salon a su séduire (l'allée extérieure de la Porte de Versailles, photo Pixel Formula)

Coté ingrédients, l’équipe de Who’s Next-Prêt à porter Paris a manifestement convaincu de la mutation engagée du salon avec ses différents secteurs (Fame, Private, 1ère Classe, etc. ) répartis autour d‘une allée centrale extérieure de la porte de Versailles pour une fois animée, vivante avec un thème médiéval pour certains certes quelque peu décalé mais pas contesté. Paille, chevaux, scènes de musique, restaurants et buvettes ont réussi à humaniser ce vaste espace entre halls d’un parc des expositions si peu fashion. Un avis d'ailleurs partagé par Mirjam Dietz, directrice générale de l’organisateur de salons allemands l’Igedo Company.

Fut aussi appréciée justement la proximité des différents secteurs avec comme seul élément de liaison la fameuse allée centrale. On se souvient des difficultés à embrasser l’ensemble de Première Classe en janvier dernier et la position excentrée de The Cube et de Mess Around.

Un bémol toutefois… Le secteur masculin Mr. Brown propulsé au troisième niveau du hall 7 semblait quelque peu isolé an dessus des deux étages femme. Même s’il est difficile d’expliquer sa faible fréquentation sur les deux premiers jours du salon par cette seule localisation ou tout simplement parce que les détaillants à qui cet espace est destiné ne s’étaient pas encore déplacés dimanche soir.

Coté fréquentation justement, force est de constater que celle-ci était faible sinon très faible samedi. Sans surprise d’ailleurs pour les exposants comme pour les organisateurs… De fait, le débat portant sur le démarrage du salon le premier samedi des soldes avait agité durant des mois le métier. Il n’y aura pas eu de bonne surprise. A part peut-être celle de croiser un Patrick Aboukrat, détaillant parisien d’Abou d’Abi Bazar qui avait juré ses grands dieux qu’il ne viendrait pas au salon le premier samedi des soldes. “J’ai pu m’organiser”, souligne celui-ci, qui admet avoir trouvé à Who’s Next de quoi nourrir son appétit de jeunes marques nouvelles… pour faire la différence.


Le secteur Fame (photo Pixel Formula)

Bernard Morvan, président de la Fédération nationale de l’habillement, s’attendait à cette absence des détaillants français en début de salon. Et avait prévenu que l’envoi en nombre d’invitations gratuites aux détaillants visiteurs du salon de janvier, quelque 19000 invitations auraient ainsi été délivrées, ne changerait pas le cours des choses.

Eric Talon, responsable parisien de l’Espace Kiliwath rue Tiquetonne, relevait notamment que des amis détaillants installés en province avaient prévu d’arriver lundi matin pour cause de boutique ouverte tout le week-end pour les soldes.

Certains exposants ont du coup regretté que Who’s Next n’ait pas choisi de se tenir le week-end du 7 juillet, une semaine plus tard. Mais c’était passé après Berlin. Ce qui n’était manifestement pas dans les objectifs des organisateurs du salon parisien.

Autre question évoquée également: mais pourquoi continuer à commencer le salon un week-end et ne pas adopter la même formule que Berlin justement et que le Pitti Uomo, c’est-à-dire organiser le salon en semaine? Coté organisateurs actuels mais aussi précédents, comme Jean-Pierre Mocho pour Prêt-à porter Paris, président de la Fédération française du prêt-à-porter féminin, le sujet n’aurait jamais été mis sur la table. “On a toujours tenu le salon avec un week-end parce que les détaillants aiment profiter de Paris le week-end”, souligne Xavier Clergerie… Ou aimaient? Le co-fondateur de WSN tient en tout cas à ce que Who’s Next dure quatre jours! Pour le reste, le sujet du week-end est sans nul doute lancé.

Reste une autre grande question: le nouveau Who’s Next-Prêt-à-porter Paris veut attirer à Paris des étrangers en plus grand nombre. Est-il sur la bonne voie?
Les exposants dont l’objectif est l’export n’ont semble-t-il pas été déçus. “Nous avons vu des Russes, des Anglais, des Allemands, des Japonais, des Coréens, etc “, indiquaient certains exposants. Le Japonais Itochu et une chaîne canadienne par exemple chez l’exposant portugais Tiffosi à Mr. Brown.

Combien? Impossible de chiffrer précisément dès le dimanche soir. Mais, manifestement, le salon français est sur la bonne voie et le sentiment global positif en matière d’organisation et d’offre devrait porter la bonne parole au-delà des frontières.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com