×
Publicités
Publié le
7 sept. 2011
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Who’s Next Prêt à Porter Paris: les exposants face au changement de dates

Publié le
7 sept. 2011

La question était au cœur du débat depuis longtemps, mais l’annonce de l’avancement des dates estivales des salons parisiens en aura tout de même surpris quelques-uns. Les exposants ont donc appris en plein salon que la nouvelle entité Who’s Next – Prêt à Porter Paris se tiendrait du 30 juin au 3 juillet en 2012. Soit juste après le Pitti Uomo, juste avant le Bread&Butter, mais aussi pendant le premier week-end des soldes.


Le stand Sebago lors du dernier Who's Next du 3 au 6 septembre.


Avec plus de deux mois de moins pour préparer le salon, les exposants ont bien sûr des doutes sur la bousculade que cela risque de provoquer dans leurs plannings. En moyenne prêtes à la mi-juillet, les marques soulignent l’effort que cet avancement va représenter: "On ne sera pas prêts ! On fera le maximum pour l’être, mais il y a tout de même un gros risque que nous n’ayons pas tout bouclé et reçu", affirme Laurent Hazan, le directeur commercial de Zapa. Virginie Castaway, de son côté, regrette de perdre un mois pour réaliser sa collection. "Nous finissons d'habitude fin juillet", indique-t-elle.

Quasi-unanimes sur la nécessité d’avancer un salon qui fermait la marche, les exposants sont donc inquiets des conséquences de la décision. Certains voient tout de même des raisons de positiver, comme Jérôme Basselier chez Swildens: "Il est vrai que c’est un peu trop tôt, mais finalement c’est comme un régime ! Le tout est de se caler dans de bonnes habitudes pour avoir une bonne hygiène de vie ! Et puis ce sera mieux de partir en vacances avec ce salon déjà passé…"

Chez les Espagnols de Nice Things, Anna Camprodon, directrice commerciale, y voit même un avantage certain: "D’habitude, nous sommes prêts pour Berlin, donc on fera l’effort, on ne peut pas faire autrement de toutes façons ! Mais au final, je pense que ce sera bénéfique pour la production, on pourra respirer un peu mieux pour le suivi des commandes".

L’équipe commerciale de la marque britannique Orla Kiely a elle un autre problème de calendrier: "Nous fonctionnons avec des pré-collections, le mois de juin leur est dédié, on sera trop juste pour enchaîner avec la pleine saison… La solution sera peut-être de ne faire que le Tranoï pour le marché français…". Des salons de 2ème session qui d’ailleurs eux, ne bougeront pas (28 septembre-1er octobre 2012) et qui ne permettront donc pas aux marques créatives qui en seront de clore leur saison plus tôt.

La directrice artistique de Sarah Wayne, Sarah Ohana, elle, ne s’en fait pas pour le timing, mais plus pour la fréquentation: "Nous avons toujours été prêts très en avance, donc notre rythme de travail ne m’inquiète pas, en revanche, j’ai un peu peur de l’impact du premier week-end des soldes sur la fréquentation du salon…".

Didier Parakian, présent pour sa marque mais aussi en tant que vice-président de la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin, estime lui "qu'un changement est toujours inquiétant. Si je ne vois pas de problème à l'échelle internationale, il y a tout de même un risque de perdre des visiteurs français". Il souhaiterait aussi pour la production, que Première Vision avance un peu ses dates.

Jusqu'à maintenant, les salons avaient une dimension fortement nationale, mais une partie des marques veulent croire à l’opportunité de replacer la capitale sur la scène internationale avec le nouveau visage du salon: "Ces nouvelles dates conviennent mieux, et surtout ce changement indique que le Who’s Next se décomplexe face au Bread&Butter et il a raison, car pour nous le business se fait ici", souligne notamment Julian Sidonio, l’enthousiaste dirigeant de Molly Bracken.

La position des marques masculines sur Mr. Brown, le futur secteur masculin du salon, n'est pas non plus arrêtée. Vicomte A, par exemple, retournera comme à l'habitude au Pitti Uomo, Le salon masculin selon le fondateur de la marque, Arthur de Soultrait. Mais celui-ci est aussi tenté de faire Who's Next Prêt à Porter Paris pour sa collection Homme, mais aussi pour sa jeune collection Femme. "Et pourquoi pas Premium ?", souligne-t-il. En attendant bien sûr, comme un peu tous les exposants potentiels, les arbitrages financiers...
Anaïs Lerévérend (avec la rédaction de FashionMag.com)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com