×
Publié le
1 oct. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Wilkinson: "Le marché a dû s’adapter à l’évolution des modes de rasage"

Publié le
1 oct. 2012

Le dernier né des rasoirs Wilkinson

Wilkinson lance au 1er octobre son nouveau rasoir, Hydro 5 Power Select, qui offre trois modes de vibration. L’occasion de revenir avec la directrice marketing de la marque, Catherine Brandenberger, sur la récente mutation de ce marché et les choix de l’industrie pour s’y adapter. Il faut dire qu’en deux ans, le marché a perdu 900 000 consommateurs. La faute au retour en grâce de la barbe, mais également par un espacement accru des rasages.

FashionMag.com: Quelles ont été vos réflexions face à ce changement de taille chez vos consommateurs ?
Catherine Brandenberger: Cela faisait des années que l’on ne parlait que de lame en plus. Mais le marché a dû s’adapter à l’évolution des modes de rasage. Nous sommes donc partis vers tout-à-fait autre chose, avec la tondeuse, les rasoirs hydratants... Car il nous fait ré-intéresser les gens à double titre: parce qu’ils se rasent moins, et parce que beaucoup de choses ont déjà été faites sur ce marché. Mais ce n’est pas parce que les gens se rasent moins qu’ils sont moins intéressés par le rasage. Ce dernier est simplement passé de la notion d’hygiène à celle de look, puis de la notion de look à celle de confort.

FM: Pourquoi par exemple ne pas généraliser la présence des tondeuses sur vos différents modèles, afin de toucher un public plus large ?
CB: Pour l’instant, nous nous concentrons sur les rasoirs vibrants. Ils n’intéressent pas tout le monde, mais ils ont leur clientèle. Mais avoir des modèles multifonction est quelque chose d’intéressant. Je pense qu’à l’avenir, nous verrons des produits de plus en plus complets, dans ce domaine. Nous dépasserons le nombre de lames pour arriver à rendre ces objets plus techniques et plus complets.

FM: Vous avez donc pour l’heure scindé votre offre entre les différentes demandes ?
CB: Oui, l’évolution du marché va nous amener à avoir une relation de plus en plus individualisée avec nos consommateurs. Tout en étant dans cette logique de la grande consommation. Nous sommes des industriels, ce n’est donc pas facile. Ce qu’on essaie donc de faire, c’est d’avoir une typologie la plus complète possible sur chaque offre. C’est un marché standardisé qu’il faut essayer de standardiser le moins possible. Aujourd’hui, le rasage devient en effet plus que jamais personnalisé.

FM: Pourquoi alors ne pas aller vers une personnalisation des rasoirs eux-mêmes, avec des choix de couleurs, ou des éditions limitées ?
CB: Pour la Saint Valentin, nous avons fait gagner sur Facebook des rasoirs avec des messages personnalisés. Nous avons été vraiment très surpris de l’impact très positif qu’a eu l’opération. Cela nous a beaucoup marqué. Il y a un vrai besoin de personnalisation. On entre dans un rapport différent à l’objet. Le rasoir va devoir devenir un outil plus personnel.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com