×
Publicités
Publié le
27 sept. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Xavier Clergerie : "Les Français devraient revenir en force"

Publié le
27 sept. 2014

Après plusieurs sessions en juillet, Who’s Next a décidé de revenir en septembre pour 2015. Xavier Clergerie, cofondateur du salon, s’explique dans FashionMag.com.

Xavier Clergerie (photo : Pixel Formula)


FashionMag.com : Pourquoi avez-vous décidé de revenir en septembre avec Who’s Next ?
 
Xavier Clergerie : Vous n’êtes pas sans savoir que la situation a été difficile lors de la session de juillet dernier. Cela nous a interpellé et nous avons décidé de lancer une vaste enquête auprès des exposants et des visiteurs. Certes, ce n’est pas la première fois qu’une telle enquête est réalisée sur les dates de salon. Who’s Next avait déjà fait des études, l’ancien salon Prêt-à-Porter Paris aussi. Mais, en général, les résultats étaient toujours à 50-50 entre juillet et septembre. Cette fois, septembre l’a emporté, de loin. C’était presque une surprise d’ailleurs pour nous. Il s’est vraiment passé quelque chose.

FM : C’était donc une erreur d’avancer les dates de Who’s Next en juillet ?
 
XC : Il y avait de bonnes raisons : la demande de nombreuses marques pour mieux s’insérer dans le calendrier international, d’autant plus que beaucoup se disaient prêtes pour cette période dans la mesure où elles faisaient déjà d’autres salons en juillet, notre volonté de capter davantage de visiteurs internationaux sur Paris, etc. Malheureusement, ça ne s’est pas passé comme ça. Force est de constater que l’international a même diminué sur juillet.
 
FM : Pourquoi à votre avis?
 
XC : C’est difficile à expliquer. Pour moi, c’est irrationnel. Au-delà, je pense aussi que ça se serait passé différemment s’il n’y avait pas la crise.  La situation économique notamment, fait que les gens travaillent davantage encore en flux tendus. C’est vrai par exemple dans l’amont, pour la livraison des tissus. C’est vrai aussi pour les détaillants. Ceux-ci, pour passer leurs commandes, ressentent le besoin de bien connaître la trésorerie dont ils disposent. Et cela, ils ne le savent qu’après les soldes.
 
FM : Avez-vous imaginé d’organiser une session en septembre, mais aussi une manifestation fin juin ou début juillet ?
 
XC : Ce n’est pas d’actualité, d’autant qu’il y a aussi les salons de deuxième session. Nous pensons vraiment que Who’s Next doit représenter l’ensemble des marques. C’est la force du salon de proposer une offre complète. De plus, il ne faut pas oublier que l’édition de janvier fonctionne bien. On ne peut pas proposer des manifestations trop différentes à ces deux périodes.
 
FM : J’imagine que vous comptez sur le retour des détaillants français au salon ?
 
XC : Les premiers échos que nous avons sont largement positifs. Les Français devraient revenir en force. A nous de savoir les attirer. En tout cas, aux dates choisies, je ne vois pas ce qui pourrait les gêner.
 
FM : Est-ce à dire que vous vous résignez pour l’international ?
 
XC : Non, certainement pas. Nous pensons d’ailleurs que les détaillants de la proche Europe, qui connaissent les mêmes problèmes que les détaillants français pour venir en juillet, se déplaceront plus facilement en septembre. Et puis, il faut le constater, l’Europe des salons, avec par exemple une manifestation unique où tout le monde se rendrait n’existe pas. Nous ne sommes pas aux Etats-Unis où il y a la côte Est et la côte Ouest et c’est tout, où tout le monde parle la même langue. Ici, il y a des langues, des cultures différentes. Et donc plusieurs salons avec des rayons d‘influence différents et des spécificités. Who’s Next en septembre 2015 aura la sienne…
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com