×

Xavier Prudhomme (Bonobo) : "L’étiquette du jean vert reprend les codes de l’électroménager"

Publié le
today 8 mars 2018
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dès sa création en 2006, Bonobo a mis la question de l'écoresponsabilité au cœur de son discours. Douze ans plus tard, l'enseigne mixte renforce cet engagement fondateur avec le lancement de son « jean vert », soit une gamme de neuf modèles pour homme et femme à l’impact environnemental réduit, vendue depuis le 28 février 2018 dans les 372 magasins du réseau. Pour expliquer la démarche au consommateur, chaque jean dispose d’une étiquette détaillant son empreinte écologique. Revue de détails avec Xavier Prudhomme, directeur de l’enseigne fondée par le groupe Beaumanoir.


Xavier Prudhomme - Bonobo


FashionNetwork.com : Comment est née cette idée de produire un jean vert ?

Xavier Prudhomme :
Le jean vert s’inscrit dans une démarche de transparence envers le consommateur. Il y a trois ans, notre politique développement durable s’est structurée avec l’ambition de proposer une offre de jeans 100 % éco-conçus d’ici 2022. Le denim recyclé "Rebirth" est né en 2015, puis, il y a un an, nous avons démarré la réflexion de produire un jean le plus écoresponsable possible, à toutes les étapes de la fabrication.

FNW : Quels sont concrètement les efforts fournis ?

XP : Chaque procédé du cycle de production a été passé au crible. Un travail assez costaud. Le point le plus gourmand en eau, c’est la matière, donc notre premier sujet. Environ 50 % des tissus utilisés pour les jeans de la gamme sont recyclés, provenant soit de jeans usagés, soit de chutes de tissus. Nous avons aussi eu recours à du coton bio. Ensuite, vient le traitement : on ne souhaitait surtout pas utiliser des produits chimiques comme le permanganate, donc nous nous sommes orientés vers l’ozone et le laser. Ensuite, grâce à la technologie Eflow, le rinçage du produit s’effectue avec la juste quantité d’eau nécessaire. Pour les finitions, nous avons opté pour des boutons éco-conçus, et côté transport, il s’agit uniquement de proche import, tout se passe dans le bassin méditerranéen.


Un code couleurs facilement compréhensible - Bonobo


FNW : Vous avez été accompagnés sur ce projet par la société espagnole Jeanologia. Qu’avez-vous ensemble mis en place ?

XP : Outre les procédés de traitement, ce partenariat nous a permis l’accès à leur outil de calcul de l’empreinte écologique. Bonobo a également travaillé directement avec eux sur la communication. Il fallait mettre au point un affichage très simple et clair. L’étiquette du jean vert reprend les codes graphiques de l’électroménager et indique si le jean est ‘propre’, neutre ou à améliorer. L’idée est de généraliser ce système d’étiquetage à toutes nos gammes de jeans. Car nous sommes convaincus qu’il sera de plus en plus habituel dans la mode.

La génération millennials montre une vraie attente sur ces enjeux. Et nous souhaitons aussi associer le consommateur, qui a un rôle à jouer puisqu’une grande part de l’énergie dépensée dans la vie d’un jean provient du lavage en machine. Une étiquette sur les poches intérieures, reprenant les normes Clevercare, fournit les conseils d’entretien : un jean se lave très peu et ne se repasse pas.


La gamme propose cinq coupes différentes, pour homme et femme. - DR


FNW : Les modèles de la gamme sont affichés entre 45 et 60 euros. Un défi pour proposer des prix abordables ?

XP : On peut totalement maitriser les coûts, car un bouleversement dans la filière denim continue de s’opérer : les nouvelles technologies plus responsables sont maintenant largement compétitives. Toute la chaîne bouge, les matières recyclées vont gagner du terrain. 

FNW : Quel regard portez-vous sur les initiatives de Celio ou Jules qui ont eux aussi lancé un jean écolo ?

XP :
Du peu que j’en ai vu, je suis ravi que la filière s’organise. Un jour, ce ne sera simplement plus un événement de proposer des modèles éco-conçus. C’est très bien que Celio et Jules s’y mettent, mais nous allons un cran plus loin sur le plan des matières, qui sont bio, recyclées ou issues de l’agriculture raisonnée.

FNW : Comment évolue le réseau de magasins de l’enseigne ?

XP :
Nous poursuivons en 2018 notre stratégie d’ouvertures, à la fois par le biais du multistore Vib’s (avec Cache Cache et Bréal, ndlr) en périphérie, et d'autre part avec l’implantation de magasins à fort impact en centre-ville, comme celui ouvert à Nantes en décembre. C’est primordial pour nous d’accroître la notoriété de Bonobo et de ses engagements.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com