×
Publicités
Publié le
15 oct. 2010
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Zadig & Voltaire intensifie son développement

Publié le
15 oct. 2010

Un accord avec Clarins pour la diffusion de son parfum, une nouvelle et grande boutique place des Victoires à Paris ainsi qu’avenue Victor Hugo, une autre à Singapour, une licence de joaillerie et bientôt une licence de bijoux. Où s’arrêtera Zadig & Voltaire?

Get the Flash Player to see this player.
Extraits de l'interview de Thierry Gillier, PDG de Zadig & Voltaire

Pour son PDG et quasiment seul actionnaire, Thierry Gillier, l’entreprise est toujours et plus que jamais en construction. A un moment où nombre de compétiteurs ouvrent par exemple leur capital, le chef d’entreprise réaffirme sa volonté de rester libre de ses choix. "Nous devons donner du sens à l’entreprise, construire une vraie marque sur la durée. C’est pour cela que je tiens à rester indépendant. Bien sûr, toutes les grandes Maisons sont venues nous voir. Nous sommes très courtisés. Mais aujourd’hui ça n’aurait pas de sens d’ouvrir notre capital".

Thierry Gillier revendique un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros pour sa marque, avec un Ebitda (excédent brut d’exploitation) de 30 % ! Et des taux de croissance conséquents même si, comme pour tout le monde, il a dû faire face à la crise et "resserrer les boulons".
Le credo de Zadig & Voltaire: un positionnement singulier en termes de style au bord du luxe, loin, Thierry Gillier l’affirme en tout cas, de ces marques cœur de marché dont la seule stratégie serait de surfer sur la vague. Les trois nouveautés que vient de connaître la marque définissent bien le positionnement.

L’accord avec Clarins porte sur un partenariat exclusif pour la commercialisation sur la France des parfums Zadig & Voltaire existants et l’élaboration des futurs parfums de la marque. Mais Thierry Gillier entend bien rester maître des jus comme son fameux Tome 1 conçu avec une petite structure new-yorkaise, le Labo. Nul doute que l’accord avec Clarins évitera ce que connaît aujourd’hui ce parfum qui a été vendu à 20 000 exemplaires et qui est en rupture.
L’ouverture du point de vente de la place des Victoires se veut aussi symptomatique de l’approche de Thierry Gillier: "Nous voulons être précurseurs, insiste-t-il. C’est un endroit historiquement très mode qui s’est effondré, souligne le PDG de Zadig & Voltaire. Notre arrivée en entraîne déjà d’autres".

Avenue Victor Hugo, c’est à côté de Céline que Zadig s’est installée. A Singapour, la marque a pris place en face d’un flagship Vuitton, et à côté de Prada. Un voisinage revendiqué comme complémentaire. "Zadig & Voltaire est une marque nouvelle face aux grands du luxe qui ont depuis des années pris de grands emplacements. Nous, nous souhaitons dans ces quartiers apporter quelque chose de plus contemporain".

En revanche, le chef d’entreprise n’est pas encore prêt à suivre les griffes de luxe en Chine. Non que ce grand pays ne l’intéresse pas par principe, mais "cet eldorado lui fait un peu peur": "Les Chinois ont encore besoin d’un excès de richesse. Une femme avec trois sacs à main au bras se sent encore plus riche que sa voisine… qui n’en a que deux". Il est vrai que le terrain de jeu de Zadig & Voltaire est déjà bien grand. La marque compte 150 boutiques aujourd’hui. La France pèse encore 65 % de l’activité. "L’objectif est de se situer dans quelques temps entre 40 et 50 %", souligne Thierry Gillier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com